Les gros bras au rendez-vous au Strong Fest Saguenay

Saguenay Strong Fest est le plus gros festival de force du Québec (Crédit photo : Charles le Photographe)

 

Amateurs et professionnels ont démontré la force de leurs biceps pour le concours de bras de fer du Strong Fest Saguenay.  Cette activité millénaire est toujours aussi à la mode puisque plus de 400 personnes étaient présentes pour observer ces affrontements le 19 mars dernier.
Puisque c’était seulement la deuxième édition du Saguenay Strong Fest, c’était une première pour de nombreux participants. C’est le cas pour un Métabetchouanais qui s’est entraîné spécialement pour cet événement. « Le tournoi était une motivation à m’entraîner. L’ambiance et l’organisation étaient parfaites, j’ai aimé ça pour une première fois. C’est certain que je vais y retourner », raconte Dérik Gobeil, un participant.

C’était la première fois que M. Gobeil s’inscrivait au Saguenay Strong Fest. En revanche, il a participé à d’autres compétitions de bras de fer par le passé. « Ça fait quelque temps que je m’entraîne pour ça. J’axe mon entraînement pour les compétitions de bras de fer », précise le jeune homme.

Il a toutefois été surpris de l’organisation de l’activité. « Dans les autres compétitions, il y a un niveau amateur et professionnel. À Saguenay, tout le monde était dans la même catégorie », révèle le jeune homme. Il affrontait plusieurs hommes qui n’en étaient pas à leur premier rodéo. « Il y a du monde de partout au Québec. J’ai affronté un gars qui venait de Québec qui avait déjà gagné les championnats canadiens », mentionne celui qui a terminé 7e sur 25.

Des participants qui viennent de loin

Cette édition 2022 était comparable à celle de 2020, raconte le co-organisateur de l’événement, Pascal Lapointe, et ce, même avec la pandémie. « Je dirais qu’environ 100 participants étaient présents et environ 400 spectateurs. L’événement attire du monde de partout au Québec ! Nous avons même eu de la visite de l’Ontario », mentionne M. Lapointe. Il a par ailleurs fait mention que l’événement sera de retour l’an prochain avec une formule différente des deux dernières éditions, un format qui s’étendra sur deux journées.

À propos de Vincent Lavoie

Originaire d’Alma au Lac-Saint-Jean, Vincent Lavoie, a pris la décision d’étudier le journalisme pour éventuellement devenir commentateur sportif. Avec également de bonnes connaissances dans l’actualité, il tente d’en apprendre davantage sur ce métier. Le jeune homme de 20 ans est principalement passionné par les sports. Il a d’ailleurs créé une page Facebook de plus de 10 000 abonnés qui englobait les actualités de hockey. Il a toutefois été contraint de la supprimer en raison du manque de temps, compte tenu de son arrivée sur le marché du travail. Que ce soit comme travailleur dans des usines où à l’entretien des patinoires ou encore en restauration, l’étudiant n’a pas de difficulté à s’acclimater aux différentes conditions de travail. Son avenir n’est toutefois pas coulé dans le béton, l’Atémien souhaite peaufiner son curriculum vitae en ajoutant un baccalauréat en histoire à son actif. Téméraire à ses heures, le journaliste en devenir a réalisé un de ses rêves en visitant l’Europe durant deux mois à l’été 2019. Celui qui pratique le soccer depuis l’âge de 5 ans, a eu l’honneur de fouler les grands terrains des stades de soccer européens.

À voir aussi

Une saison pleine de remous

La piscine du Cégep de Jonquière a ouvert ses portes de nouveau en janvier 2022, …