Accueil / Maïka Lammequin

Maïka Lammequin

Une peau légèrement foncée, des cheveux frisés noirs et un accent québécois; s'agirait-il de la nouvelle Québécoise typique? Maïka Lammequin pourrait bien l'être. Née à Montréal, cette jeune métisse a grandi auprès de son père québécois et de sa mère haïtienne. Il faut bien noter que Céline Dion se retrouve sur sa playlist de musique depuis qu'elle a 10 ans et que I Love You Anne est, pour elle, un incontournable du cinéma haïtien. C'est le théâtre qui brise la coquille timide dans laquelle Maïka se trouvait depuis le primaire. Au secondaire, elle a enchainé, année après année, les pièces de théâtre. Entre les répliques, Maïka s'ancrait sur terre grâce à la photographie. Un portrait par-ci, un portrait par-là auquel se mariait de la poésie de son cru. C'est l'amour de l'écriture et sa curiosité qui la mène au journalisme. Pour La Pige, elle couvre régulièrement des sujets culturels, mais s'intéresse également au communautaire, à l'éducation et à l'économie. La Montréalaise qui rêve d'avoir sa propre série télé, mijote un projet d'écriture qui, selon elle, mettra en lumière la diversité ethnique présente au Québec. Maïka envisage de poursuivre des études universitaires en écriture de scénario et création littéraire.

Semaine de sensibilisation aux troubles alimentaires | Perfectionnistes et persévérants à risque

Les jeunes et les adolescents perfectionnistes et persévérants ont davantage tendance à développer des troubles alimentaires, ont expliqué la psychologue Élaine Pearson et la nutritionniste Jo-Annie Lapointe lors d’une conférence, organisée par le Comité Enfaim jeudi soir. «Il existe tellement de diètes aujourd’hui, les jeunes sont bombardés par ces informations», …

Voir plus »

Secteur Saint-Jean-Eudes | Une image à redorer

Selon le recensement de 2016 du CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean, le secteur Saint-Jean-Eudes présente des statistiques inférieures aux autres territoires de Saguenay, notamment quant au revenu par personne, au taux de chômage et à la scolarité.  C’est auprès d’une vingtaine de citoyens du secteur qu’une des chercheures du CIUSSS du Saguenay–Lac–Saint-Jean, …

Voir plus »

L’ère de contenu profite aux photographes

Même si faire de la photographie est plus accessible qu’auparavant en raison des téléphones cellulaires dotés d’une caméra à la fine pointe de la technologie ou d’appareils photos numériques à portée de main, les professionnels de la région ne se sentent pas menacés. «On est dans une ère de contenu. …

Voir plus »