dimanche , 5 décembre 2021

Journalistes

  • Adam Trépanier

    Originaire de Saint-Eustache, dans la région des Laurentides, Adam est un jeune homme dévoué et enjoué qui souhaite maximiser son potentiel en tant que journaliste de la relève. À l’âge de trois ans, Adam a été diagnostiqué d’un cancer qui touche principalement les enfants, celui de la leucémie. Depuis qu’il est en rémission complète de sa maladie, il cherche à se dépasser afin d’éventuellement devenir la meilleure version de lui-même. Pour ce qui est de ses intérêts, le natif de Saint-Eustache est un grand passionné du milieu sportif et il serait ravi de pouvoir le couvrir au quotidien. Par contre, il s’intéresse tout autant et même de plus en plus à l’actualité générale. Adam adore utiliser sa créativité, sa curiosité ainsi que sa plume soignée pour interpeller ses lecteurs. Avant d’arriver au cégep, le journaliste en devenir a fréquenté des écoles alternatives au primaire et au secondaire, celles-ci lui ont notamment permis de se responsabiliser à un très jeune âge grâce à un mode d’éducation axé sur l’autonomie.
  • Alexis Harvey

    Natif de Jonquière, Alexis Harvey est un passionné de sports. Du soccer au hockey en passant par le karaté, il les aime tous. Très jeune, il se voyait déjà remplacer Pierre Houde à la description des matchs des Canadiens. Dans son sous-sol, il commentait les parties sans oublier aucune action, aussi banale soit-elle. Depuis, Alexis a élargi ses champs d’intérêts et porte beaucoup plus d’attention à la politique, à la culture et à tout ce qui fait partie de l’actualité. Le jeune journaliste espère se frayer un chemin dans le monde des médias et bien évidemment, le métier de descripteur n’est plus le seul qu’il envisage. Cet été passé en tant que responsable des communications à Jonquière en Musique lui a permis de faire un premier pas dans le monde des communications et d’acquérir de nouvelles compétences, mais surtout de lui confirmer qu’il a bel et bien trouvé ce qu’il veut faire dans la vie. Une chose importante pour Alexis est de s’amuser, parce qu’il ne veut rien regretter, on ne vit qu’une fois après tout!
  • Alexya Morin

    Originaire de la Montérégie, Alexya a toujours été interpellée par l’écriture et l’actualité. Transportée par son ambition, elle plie bagage au pays des bleuets. L’étudiante en journalisme développe de nouvelles amitiés et passions, qui la poussent à s’impliquer dans le webmagazine La Cerise en tant que collaboratrice. Tel un kaléidoscope, Alexya est en perpétuel changement. Tantôt idéaliste, tantôt réaliste, elle est formée d’intérêts dépareillés qui se nouent et dénouent au fil du temps. Photographie, broderie, poésie, théâtre : la jeune femme possède des goûts éclectiques reflétant son envie de tout faire, tout voir et tout vivre. Intéressée par la création de contenu autant vidéo qu’audio, Alexya aspire à travailler sur divers projets, comme des balados, des documentaires et des reportages pour une boîte de production.
  • Charlotte Bergeron

    Spontanée, curieuse et dynamique sont les qualificatifs que les gens emploient pour décrire la jeune Saguenéenne de 19 ans. Depuis son plus jeune âge, Charlotte accompagne sa maman dans de multiples événements promotionnels et de presse. Elle sait dès lors qu’elle veut y laisser sa trace. Au cours de ses études, son fort intérêt pour le chant lui permet d’enchaîner les prestations sur scène et de côtoyer de près le milieu artistique. Cette passion lui permet de devenir une grande amoureuse des mots. Elle est également pourvue d’un intérêt marqué pour l’actualité et la politique. En 2019, son sens de l’initiative lui permet de décrocher un stage en gestion des médias sociaux pour le Festival en chanson de Petite-Vallée. L’été 2021 aura été pour elle une occasion de parfaire ses compétences en œuvrant comme coordonnatrice des communications pour le Festival de la chanson de Saint-Ambroise. Son parcours lui dessine un avenir vers les communications, les relations de public et les relations de presse.
  • Cassandre Baillargeon

    Originaire du Centre-du-Québec, Cassandre Baillargeon est une grande passionnée de pratiquement tout! De la politique fédérale, provinciale et municipale jusqu’au monde de l’éducation en passant par la justice et le sport, Cassandre possède une curiosité sans limites qui lui permet d’ajouter continuellement de nouvelles cordes à son arc. C’est notamment ce besoin criant de curiosité combiné à un désir vital de partager son savoir aux autres qui l’a amenée à choisir le monde des communications à la fin de ses études secondaires en sport-étude basket-ball. Ce sont d’ailleurs ses nombreux engagements parascolaires au cours des dernières années qui ont formé la personne polyvalente, dynamique et organisée qu’elle est aujourd’hui. Sportive dans l’âme en plus de posséder un cœur d’enfant, Cassandre a davantage l’air d’une observatrice silencieuse qu’une animatrice de foule. Cela dit, sa ténacité et son talent pour utiliser les mots à bon escient font certainement d’elle une excellente oratrice. Reconnue pour ses connaissances de l’actualité, son amour de la langue française ainsi que pour ses capacités d’analyse et de vulgarisation, cette rouquine de 19 ans aspire à informer la population des événements et des enjeux actuels, que ce soit à la radio ou à la télévision.
  • Catherine Charest

    Originaire de la petite ville de Carignan sur la Rive-Sud de Montréal, Catherine Charest est une jeune femme passionnée de lecture, d’écriture, de voyages et de musique depuis son plus jeune âge. Pianiste à ses heures, elle a passé son secondaire dans un collège privé qui lui fournissait un encadrement constant, ce qui l’a beaucoup aidée à être organisée et responsable. Qualités précieuses qui lui servent grandement depuis son départ du nid familial en raison de ses études. La jeune femme est d’ailleurs persuadée que c’est lorsque l’on sort de sa zone de confort que l’on grandit le plus. Celle qui s’intéressait davantage au journalisme d’enquête à son arrivée au cégep a bien vite découvert que d’autres aspects du métier l’intéressaient également, comme les faits divers, la politique, la culture et même le sport. À la fin de sa technique en journalisme, Catherine souhaite poursuivre des études universitaires avec un baccalauréat par cumul afin d'approfondir ses connaissances générales dans certains domaines qui l’intéressent comme l’histoire, la géographie ou la politique.
  • Catherine Gosselin

    Ambitieuse, déterminée et créative sont trois mots que l’on pourrait utiliser pour décrire Catherine Gosselin. Originaire du petit domaine des Aulnaies, à Saint-Ambroise, on peut dire qu’elle est le parfait mélange de la fille de ville et de campagne. Elle sait s’adapter à toutes sortes de situations. Amoureuse des mots et de la musique depuis toujours, elle a étudié sept ans en Art-études musique, de la 5e année du primaire jusqu’en secondaire 5. Le programme d’Art et technologie des médias était une évidence pour elle quand est venu le moment de faire un choix pour son avenir. En ce qui a trait à ses projets post-collégiaux, la jeune femme de 19 ans souhaite entrer sur le marché du travail et continuer ses études en parallèle. Radio, journalisme écrit ou recherchiste, elle est prête à tous les défis.
  • Cédric Bolduc

    Cédric Bolduc est originaire d’une petite ville sur la Rive-Sud de Montréal du nom de Saint-Basile-le-Grand. Il a débuté son parcours au cégep en Intégration multimédia, à Longueuil, ce qui lui a permis d’acquérir plusieurs connaissances très utiles comme les bases de Photoshop et le codage. Cédric voit les choses en grand pour l’avenir. Il est prêt à aller plus loin dans son cheminement en apprenant toujours des nouvelles notions et en élargissant ses horizons. De ce fait, plus d’opportunités de toutes sortes s’offriront à lui. Aussi, c’est un passionné du sport. Le hockey, il en mange. Pratiquant ce sport sur la glace depuis déjà plusieurs années et regardant attentivement tous les matchs du CH en portant fièrement son chandail de Caufield, on pourrait le qualifier de fan fini. La musique est une autre de ses raisons de vivre. Il est toujours le premier sur les nouvelles tendances musicales et est très souvent le DJ dans les fêtes, ce dont il ne manque pas de se vanter. Il aime bien aussi glisser quelques petites blagues à travers ce qu’il dit pour détendre l’atmosphère, mais encore là c’est seulement un prétexte pour dire qu’il est très drôle.
  • Coline Cornuot

    Amoureuse des mots et des rencontres, Coline s’est lancée dans le journalisme sur un coup de tête il y a deux ans. Après une formation à l’IUT de Vichy (France), elle a traversé l'Atlantique pour venir étudier à Jonquière. Elle espère ainsi se plonger dans la culture québécoise et découvrir une nouvelle manière de pratiquer le journalisme. Engagée voire utopiste, Coline veut devenir journaliste pour donner la parole à ceux qui ne l’ont pas. En France, elle a pu faire ses armes au sein du réseau Radio France et du quotidien L'Est éclair. Elle est d’un naturel discret mais déterminé et se passionne pour tout un tas de choses, des sujets de société à l’aviron, en passant par la culture sous toutes ses formes. Une liste interminable de centres d’intérêts qui ne l’enferme pas dans un plan de carrière précis. Mais avec sa soif d’apprentissage et son goût du voyage, elle rêve d’être correspondante à l’étranger.
  • Élodie Drolet

    Élodie est une jeune femme déterminée, sociable, créative et travaillante. Elle est très fière d’être originaire de la colorée, dynamique et magnifique ville de Québec. C’est d’ailleurs cet environnement stimulant qui l’a poussée à développer et nourrir sa grande curiosité. Élodie adore se renseigner et discuter de sujets comme la technologie, l’histoire, les sports, les enjeux sociaux, la politique, l’environnement, la culture et les voyages. Pendant son parcours scolaire, elle en a profité pour apprendre l’anglais, s’impliquer dans divers projets entrepreneuriaux et surtout partir en Thaïlande et en Europe. Ce sont ces deux expériences d’indépendance qui l’ont motivée à faire le grand saut et à déménager seule au Saguenay pour les études supérieures. Cette jeune femme ambitieuse sait se démarquer par ses idées créatives, sa débrouillardise et son leadership peu importe le milieu.
  • Émie Bélanger

    Avec Émie Bélanger, un projet n’attend pas l’autre. Tout ce qui la fait bouger et qui stimule sa créativité l’intéresse. Originaire de la ville de Candiac en Montérégie, son affection pour l’écriture et les exposés oraux la mène vers Jonquière, où elle se découvre une véritable passion pour la communication. Depuis qu’elle a fait le saut dans le vide en se rendant au Saguenay-Lac-Saint-Jean, elle ne manque jamais une occasion de sortir de sa zone de confort! Cette future journaliste a le souci du détail et se donne à 100% dans tout ce qu’elle entreprend. Lorsqu’elle n’est pas en train d’écrire des articles ou d’organiser des projets, elle adore cuisiner, prendre des photos, planifier ses prochains voyages et prendre soin de ses trop nombreuses plantes. Ses objectifs pour le futur? Elle veut tout essayer! Elle souhaite tester plusieurs facettes du métier et innover dans ce domaine grâce à ses mille et une idées. Radio, rédaction journalistique, télévision… Amenez-en des défis!
  • Félix Bentz

    La fibre journalistique est venue le piquer lorsqu’il était assis sur les bancs de son école secondaire à Lévis.Il y voyait la possibilité de combiner son métier avec sa passion pour le sport. La voie de sortie parfaite pour Félix serait d’imiter son idole Pierre Houde, comme descripteur des parties des Canadiens de Montréal. Pour y arriver, il peaufinera son talent enthousiaste et coloré comme commentateur des Élites de Jonquière. Reconnu pour son côté humoristique et son sens de la répartie, le jeune homme est prêt à relever n’importe quel défi qui se présentera devant lui, peu importe s’il doit déménager ou être assigné à une autre section que le sport. Il est possible de suivre son parcours en écoutant le balado La Table du Hockey, à lequel il participe quotidiennement.
  • Félix Côté

    Selon Félix Côté, Jeannois de 20 ans, tout se caractérise par un arbre où la graine et le tronc représente la nature et le commencement, une idée qui veut se développer. Les branches de l’arbre représentent les différents choix et la diversité de directions de la vie influencés par la lumière de la passion. Les fruits ou les fleurs de cet arbre représentent l’accomplissement personnel et l’aboutissement de ces choix. Félix est un fanatique de politique et de philosophie, mais au fond c’est un explorateur qui aime voyager à travers les histoires des branches de la vie. Par ailleurs Félix adore la lecture et la psychologie, il est curieux et aime agrandir ses paradigmes pour ainsi agrandir sa perspective et avoir une vision globale. Pour finir Félix est un sportif dans l’âme pour lui aucune stratégie n’a de secret.
  • Frédérica Fortin Foster

    Plus jeune, Frédérica rêvait de devenir comédienne. Sa passion pour le théâtre et l’animation lui auront permis d’acquérir de nombreux atouts en communication. Un peu plus tard, sa soif de justice et sa tête forte l’amèneront à avoir un fort intérêt pour le droit. C’est cependant dans le programme de journalisme qu’elle atterrira pour nourrir sa grande curiosité, son intérêt pour l’écriture et la communication orale. Originaire du pays des bleuets, plus précisément dans le secteur d'arvida, elle profite du paysage de sa région en pratiquant la course à pied en extérieur depuis quelques années. Son leadership peut, à première vue, sembler intimidant, mais la jeune femme sait mener ses projets à terme tout en restant fidèle à sa personnalité flamboyante et son côté sociable.
  • Frédérique Bacon

    Originaire d’un petit village en Mauricie, Frédérique a toujours voulu explorer plus loin que les frontières de sa région. Une curiosité qu’elle a développée en se plongeant la tête dans les livres. Adepte de l’information, toujours à la recherche de l’opinion des gens, elle aime enquêter sur les sujets d’actualité, mais aussi sur ceux plus inédits. Assez diversifiée dans ses activités, Frédérique aime autant faire de la randonnée en forêt que visiter une exposition d’art. Ennuyée par le train-train quotidien, elle est séduite par la polyvalence que lui offre le métier de journaliste. Son sens de l’organisation et son efficacité sont deux qualités bien utiles en salle de presse. Le journalisme est son tout nouveau terrain de jeux et elle compte bien s’amuser.
  • Juliette Babin

    Tout droit sortie du Bas-Saint-Laurent, Juliette est une jeune femme qui a su bien s’intégrer à son arrivée au Cégep de Jonquière. Rêvant d’être journaliste depuis ses 11 ans, Juliette est ambitieuse et fascinée par ce métier qui lui réserve de nouveaux défis jour après jour. À 19 ans, la Rimouskoise aspire à devenir journaliste d’enquête, une facette du métier qui l’a toujours passionnée. Juliette reste tout de même ouverte d’esprit puisqu’elle désire être polyvalente. Besoin d’une correspondante à l’étranger? La jeune femme se fera un plaisir de parcourir le monde, elle qui voue un amour particulier aux voyages depuis son tout jeune âge. À sa première année en ATM, pour sa toute première entrevue, elle participe au gala télévisé Mammouth et elle interviewe des joueuses de hockey qu’elle admire, Marie-Philippe Poulin et Mélodie Daoust des Canadiennes de Montréal. Aimant se démarquer à l’école, Juliette réussit également à intégrer le conseil administratif de la FPJQ en tant que représentante des étudiants de sa cohorte, un rôle qu’elle accepte avec fierté. Toujours positive et ricaneuse, c’est avec enthousiasme qu’elle est prête à faire sa place dans le monde des médias.
  • Justin Escalier

    Fraichement débarqué depuis le Sud-Ouest de la France, Justin est venu satisfaire sa soif de nouvelles expériences en s’installant au Saguenay. Curieux et avide de découvertes, il cherche avant tout à faire de nouvelles rencontres et à apprivoiser une nouvelle culture. Il n'a donc pas hésité une seconde et a saisi l'opportunité de venir s'installer à 6000 km de chez lui. Si sa volonté de devenir journaliste est venue tardivement, Justin a toujours été fasciné par les métiers de l’écriture, au point de rêver de devenir écrivain depuis sa plus tendre enfance. Biberonné aux journaux satiriques, il s'est lancé dans le journalisme sur le tard en intégrant une formation universitaire technologique à Vichy, après un début de parcours universitaire cahoteux. Il avait alors un objectif en tête : publier ses articles dans l'un des hebdomadaires les plus connus de France, le Canard Enchainé. Ni le froid, ni la charge de travail, ni les difficultés ne font peur à ce passionné de politique et de littérature, qui a fourbi ses armes au sein de la radio Totem, une station diffusée dans la moitié sud de la France. Cette expérience lui a permis de découvrir les coulisses d'un média local. Ne sachant pas de quoi demain sera fait, il reste ouvert à toutes les opportunités qui se présenteront à lui.
  • Katya D'amour

    Katya D’Amour a grandi à Arvida au Saguenay. Toujours un crayon à la main et un ballon de soccer au pied, elle a voulu jumeler ses deux passions en étudiant en Art et technologie des médias (ATM) pour devenir journaliste sportive. Lors de ses deux premières années de technique, elle a appris à développer d’autres champs d’intérêt comme la culture, l’économie, les faits divers et la politique. Souvent perçue comme une « force tranquille », la jeune femme de 19 ans se démarque par son éthique de travail. Très organisée et exigeante envers elle, Katya est constamment guidée par ses objectifs et ne craint pas de viser haut. En ce qui concerne son choix de carrière, elle préfère se laisser toutes les portes ouvertes en attendant de saisir les opportunités qui s’offriront à elle!
  • Léa Gendron

    Venant de Lanaudière et ayant des souches abitibiennes, Léa Gendron est très accueillante envers les gens qu’elle rencontre. Elle est très joviale et sait tirer le positif de chaque situation. Cette journaliste en devenir croit dur comme fer qu’il y a une solution à tout problème. De ce fait, elle est douée pour remonter le moral des troupes lors des travaux d’équipe. La Rawdonnoise fait preuve de persévérance et de rigueur. Elle est débrouillarde et tente toujours de trouver la meilleure option possible. Elle a fait de l’improvisation au secondaire, ce qui lui a permis d’améliorer sa communication et sa créativité. L’étudiante en journalisme adore discuter avec différentes personnes qui lui en apprennent un peu plus chaque jour sur tous les sujets. Léa souhaite poursuivre ses études en communication dans une université et son plus grand rêve est de travailler auprès des gens.
  • Léa Larouche

    Ambitieuse, dévouée et travaillante sont trois mots qui représentent bien Léa. Depuis sa première montée sur scène, l’Almatoise de 19 ans sait qu’elle est faite pour la communication. C’est après avoir été publiée dans le journal La Presse, à 16 ans, qu’elle a décidé de rejoindre la grande famille d’ATM pour étudier le journalisme. Léa rêve d’être journaliste à l’international. Passionnée de voyage et d’aventure, elle parle le français, l’anglais et l’espagnol, qu’elle a appris à l’étranger. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles elle veut travailler dans ce domaine, en plus d’être curieuse elle ne peut rester en place. Sportive de nature, c’est avec le cheerleading que l’apprentie journaliste a appris à travailler en équipe et à développer son leadership. L’an prochain, elle aimerait beaucoup être acceptée en communication à l’UQAM et ainsi découvrir d’autres facettes de ce domaine. C’est avec le sourire aux lèvres qu’elle continue son chemin et travaille fort pour atteindre ses objectifs.
  • Marc-André Fortin

    Originaire de Sherbrooke, Marc-André Fortin est un homme passionné par les sports et la culture québécoise, mais il aime aussi l’actualité en général. Cet Estrien proactif est une personne positive, dynamique et enjouée. Ses années dans le hockey mineur lui ont notamment permis d’acquérir une qualité indispensable : l’esprit d’équipe. Fervent amateur de politique, il adore suivre les décisions prises par les différents gouvernements, au fédéral comme au provincial. Par-dessus tout, il y a son intérêt pour la politique municipale. Son arrivée à Jonquière a confirmé sa conviction de vouloir devenir un journaliste et d’y consacrer sa vie. C’est avec rigueur et passion qu’il souhaite faire la différence dans un monde où les fausses nouvelles ne font qu’augmenter. Son sens critique développé sera sans aucun doute un atout pour lui, puisqu’il lui permettra d’analyser au maximum les sujets. Toujours ouvert à de nouvelles expériences, cet amoureux de l’actualité vise surtout le journalisme à l’écrit et à la radio.
  • Marc-Antoine Corneau

    Marc-Antoine Corneau est un apprenti journaliste de 19 ans pour qui le monde du sport n’a aucun secret, du moins presque aucun… Son but premier : s’établir comme référence dans le monde du soccer au Québec. Tout droit sorti d’Alma au Lac-Saint-Jean, le jeune homme aux 6 pieds 3 pouces peaufine actuellement ses talents d’écriture, alors qu’il est assigné à la couverture des Saguenéens de Chicoutimi au Journal de Québec. Depuis un an, le Jeannois est également responsable des communications pour les Élites de Jonquière dans la Ligue de développement du hockey M18 AAA du Québec. De nature discrète, Marc-Antoine est loin de laisser sa place. Déterminé et muni d’une grande confiance en lui, il trace son chemin où bon lui semble. Ce n’est peut-être pas le plus à l’aise devant la caméra, mais croyez-le, il sait manier les mots tel Zoro avec son épée.
  • Marc-Antoine Le Moignan

    Originaire de Varennes, sur la Rive-Sud de Montréal, ce garçon a pris la direction de Rimouski à l’âge de 11 ans. Sportif depuis son plus jeune âge, Marc-Antoine a toujours rêvé de devenir commentateur sportif. À l’école secondaire, il a notamment été chroniqueur dans le volet sportif pendant ses cinq années. Visant toujours l’excellence, Marc-Antoine a pu rencontrer son premier défi dans le milieu des médias en tant que co-animateur à la radio au CFYX 93,3 à Rimouski l'été dernier. Ce jeune homme brillant espère poursuivre ses études en droit à l’université, mais n’a toujours pas la vérité absolue concernant son futur à moyen terme. Pleins d’ambitions et d’aspirations, il rêve d'œuvrer dans le domaine des médias.
  • Marius Fagot

    Marius Fagot vient d’un petit village de France situé à côté de Reims. Dernier enfant d’une fratrie de quatre, il est parti de chez lui à 17 ans, plein d’ambition, pour rejoindre le froid nordique. Marius est né curieux, intéressé et n’a jamais cessé de poser des questions à toutes personnes qu’il croisait, il est passionné de politique internationale, d’économie, mais aussi de sujets plus précis comme la lecture, l’horlogerie ou le sport électronique. Cet apprenti journaliste souhaite s’instruire tous les jours tout en partageant les informations qu’il a obtenues puisqu’il pense, tout comme Léon Tolstoï, que « la vérité doit s’imposer sans violence ». C’est dans cette quête de vérité et de partage que Marius a choisi le journalisme et que toute sa vie s’est tournée vers ce métier qui le passionne tant, notamment en travaillant pendant trois ans en tant qu’animateur radio lorsqu’il était en France puis désormais en Art et technologie des médias (ATM) au Cégep de Jonquière.
  • Martin Patry

    À dix-neuf ans, Martin Patry vient tout juste de quitter sa Normandie natale pour venir étudier le journalisme au Cégep de Jonquière. Passionné par la musique et le soccer, le jeune français rêve de devenir journaliste culturel, et ce, depuis le lycée. C’est en 2019 que le jeune musicien part à Vichy pour effectuer un diplôme universitaire de technologie en information et communication option journalisme. Cette formation n’aura fait que confirmer sa volonté de devenir journaliste et lui aura permis d’effectuer plusieurs stages en presse quotidienne régionale (La Presse de la Manche) ainsi qu’en radio (Radio Sensations). Malgré son mètre quatre-vingt-dix, Martin est un garçon assez discret, mais qui n’hésite pas à prendre des initiatives pour atteindre ses objectifs. Dynamique et autonome, il compte bien profiter de cette expérience à l’étranger pour rencontrer de nouvelles personnes ainsi que découvrir une culture qui lui est pour l’instant inconnue.
  • Maxime Drolet

    Maxime Drolet est une jeune femme de 19 ans originaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle a fait ses études secondaires dans le Programme d’étude international (PEI) avant de continuer sa formation en Art et technologie des médias (ATM). Elle est très dynamique, impliquée et adore relever des défis autant physiques qu’intellectuels. Passionnée de sport, elle en pratique plusieurs et forme la relève en tant qu’entraîneuse de volleyball et de course à pied. Si elle n’est pas sur la piste ou en cours, vous la trouverez sûrement la tête dans un livre ou dans les nuages sur le haut d’une montagne. Elle rêve de travailler dans le domaine des communications depuis sa plus tendre enfance.
  • Mégan Maltais

    Grande amatrice de sensations fortes, Megan est toujours à la recherche de la prochaine poussée d’adrénaline qui la fera vibrer. Originaire du petit village d’Hébertville, au Lac-Saint-Jean, la jeune femme de 20 ans a grandi dans un milieu de vie proactif, entouré de forêts et de champs. Au cours de ses études secondaires, Megan est tombée en amour avec la scène : théâtre, improvisation, animation, stand-up humoristique, elle enchaine les spectacles les uns après les autres... la légende raconte qu’elle aurait participé à plus de 60 évènements artistiques! Comique à temps plein, elle adore divertir et créer un environnement joyeux où il fait bon rire, partout où elle va. Assez timide aux premiers abords, lorsqu’elle sort de sa carapace attachez votre tuque avec de la broche, vous découvrirez une jeune femme dégourdie et impliquée qui n’a pas froid aux yeux. Peu importe le sujet, l’heure et la date, Megan vous promet une chose : devenir la meilleure version journalistique d’elle-même, un article à la fois.
  • Mély-Anne Dupuis

    Du haut de ses 4 pieds 11, Mély-Anne Dupuis ne laisse personne indifférent. Sang asiatique et âme québécoise, la jeune fille de l’Assomption a été plongée dès ses 7 ans dans l'univers de la télévision grâce à une prestation de guitare électrique à « 0 à mille » ainsi qu’à ses 13 ans, avec une co-animation à « Salut bonjour ». C'est alors que son désir de travailler en communication s’est précisé. Assoiffée de découvertes, elle souhaite, à son tour, partager les siennes à travers l’écran. L’ouverture d'esprit et la volonté sont deux de ses plus grandes valeurs. Pour elle, chaque jour est une opportunité supplémentaire afin de perfectionner ses aptitudes. Elle n'a pas peur de se jeter à l'eau et de surmonter ses faiblesses, notamment en s'impliquant dans de nombreux comités.
  • Nicolas Gaudet

    Toujours prêt à faire rire son entourage, Nicolas est capable de trouver son sérieux lorsqu’il le faut. Grand amateur de sports, il écrit pour le site Alleyoop360 depuis maintenant deux ans et sa passion pour le basketball ne cesse de grandir grâce à cette expérience. Nicolas est tombé en amour avec le journalisme lorsqu’il était très jeune vu qu’il lisait la catégorie des sports dans La Presse et il écoutait avec enthousiasme le bulletin Sport30, à tous les matins avec son bol de céréales. Sportif depuis l’âge de six ans, il a mis fin à sa carrière de hockeyeur à l’âge de 19 ans pour poursuivre son rêve de devenir journaliste. Nicolas a quitté sa belle ville natale, Laval, pour prendre la direction de Jonquière. Reconnu pour être le clown de la classe, Nicolas apporte de la vie partout où il passe. Il cherche à agrandir ses connaissances à chaque jour en lisant le journal et en effectuant des recherches sur des sujets qui le passionnent comme la politique, le sport et l’univers de Marvel. Il a grandi auprès d’un père très geek qui lui a fait découvrir le monde merveilleux créé par Stan Lee. À Jonquière, il découvre plein de belles personnes comme ses colocs Marc-André Fortin, Jérémie Lussier et William Thériault avec qui il partage la même passion le journalisme.
  • Nicolas Lacasse

    Curieux, ambitieux et empathique, Nicolas Lacasse voit grand pour son avenir. Natif de Saint-Eustache dans les Laurentides, il a décidé de traverser la 40 et la réserve faunique des Laurentides pour venir s’établir dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean afin d’y réaliser son rêve de jeunesse : devenir journaliste sportif. Finissant de l’école secondaire Liberté-Jeunesse à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, c’est après un stage d’une journée à RDS que lui ait venu l’idée d’étudier au Cégep de Jonquière. Par ailleurs, depuis son arrivée à Saguenay, il a la chance de coanimer deux émissions de radio pour la station CKAJ-FM 92,5, soit Les coulisses du rap et Au top du pop. Le sportif tient fortement à découvrir de nouveaux aspects de la vie, car il a tant à apprendre dans ce monde. Tout au long de son parcours scolaire en Art et technologie des médias (ATM), différentes sphères du milieu journalistique se sont ajoutées à ses champs d’intérêt. C’est pour cela qu’il est ouvert à tout ce qui se présentera à lui.
  • Noémie Lacoste

    De nature passionnée, Noémie Lacoste est une jeune femme qui a du cœur au ventre. Alors que le sud de la métropole québécoise lui semble être le mauvais endroit pour concrétiser son rêve de devenir une remarquable communicatrice, elle s’installe dans la l’arrondissement de Jonquière à l’âge de 17 ans pour étudier en journalisme. Fonceuse, Noémie se lance la tête baissée non seulement dans ses études, mais également dans divers projets ayant un lien avec son amour inconditionnel pour la culture. La Châteauguoise d’origine est en effet cocoordonatrice du festival De l’Âme à l’Écran de l’année 2022, en plus d’être intervieweuse pour l’Autre Côté de la Cour, comité servant à promouvoir la salle de spectacle Côté-Cour et des artistes émergents. La mordue de rencontres et d’expériences qui font sortir de la zone de confort s’est fait la promesse d’œuvrer plus tard pour la culture et l’art. Décrite comme éparpillée et ardente, Noémie se voit mener une vie occupée, mais surtout heureuse.
  • Roxane Tremblay

    Originaire d’un petit village aux alentours de Rimouski, Roxane Tremblay est une jeune femme énergique et affectueuse qui n’attend que de découvrir le monde. Quitter le nid familial à l’âge de 17 ans n’a certainement pas été facile, mais ça reste la meilleure décision de sa vie. Gymnaste pendant 13 ans, elle affectionne particulièrement le sport qui est pour elle un moyen de dépassement, de défoulement et de persévérance. Sa grande curiosité et sa facilité pour la communication l’ont amenée en Art et technologie des médias où elle a pu vivre une multitude d’expériences inoubliables qui ont forgé la personne qu’elle est devenue aujourd’hui. De plus, elle est engagée, organisée et sera toujours prête à aider un ami. Passionnée un peu trop par la musique coréenne et les langues, elle souhaite voyager en Asie pour y découvrir leur culture et aller voir son groupe favori (BTS) en spectacle. Elle n’est peut-être pas la plus drôle, mais elle sera la première à rire si vous lui faites une blague. Sur le plan professionnel, Roxane aimerait travailler pour un média qui va la faire bouger, l’envoyer sur le terrain et couvrir des sujets délicats.
  • Gabrielle Simard

    Pour Gabrielle, les mots sont comparables aux crayons de cire ; ils sont offerts en plusieurs teintes et permettent, lorsque bien utilisés, de colorier la plus complexe des jungles. Impliquée, imaginative et appliquée, elle a la justice et l’égalité tatouées sur le cœur. Son esprit fougueux stimulé par l’être humain, les arts, l’apprentissage, la discussion et la réflexion cherche toujours à en apprendre un peu plus sur tout. Étant originaire d’Arvida, la jeune allumée par l’écriture s’intéresse aux phénomènes sociaux et voit une richesse inépuisable dans chacun des humains qui comportent notre monde. Gabrielle évolue comme journaliste culturelle et généraliste au sein de la coopérative de l’information Le Quotidien depuis mai 2021. Comme elle juge primordial de s’investir dans son milieu, celle qui adore les découvertes œuvre également en tant que codirectrice et journaliste au magazine web La Cerise depuis trois ans. Pour occuper ses temps libres, Gabrielle s’investit dans Cégeps en spectacle, compose des mélodies, consomme sans modération des documentaires et se prête à des séances d’écriture une tisane à la main.
  • Gabriel Latulippe

    Originaire de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Gabriel Latulippe, âgé de 19 ans, a toujours voulu travailler dans le monde des médias. Dès son plus jeune âge, il regardait les émissions de sport à la télévision, espérant un jour être analyste. Toutefois, le temps a passé et le petit garçon a grandi ainsi que sa vision des choses. Son arrivée dans le programme Art et technologie des médias (ATM) option journalisme lui a ouvert les yeux. Explorant plusieurs facettes du métier, cela lui a donné l’envie de devenir recherchiste. Aspirant à travailler dans ce monde, il va se donner à 1000% afin de réussir à se faire une place. Malgré un attachement particulier pour le sport, Gabriel reste ouvert à tous les sujets d’actualité puisqu’il est une personne curieuse qui possède la qualité de l’écoute.
  • Théa Ribault

    Pur produit de Bretagne, en France, Théa Ribault est arrivée au Québec immédiatement après le secondaire pour vivre une expérience d’indépendance totale. Passionnée de sport, de voyages, de littérature, et bien d’autres domaines, elle étend sa curiosité par-delà les frontières et cherche à découvrir un maximum de choses. Selon elle, « l’apprentissage est la plus grande source de richesse ». Intéressée par l’audiovisuel, son rêve demeure de travailler à la télévision, même si, pendant son cursus à l’école supérieure en Art et technologie des médias, elle a développé des compétences dans toutes les sphères de la communication et du journalisme
  • Vincent Lavoie

    Originaire d’Alma au Lac-Saint-Jean, Vincent Lavoie, a pris la décision d’étudier le journalisme pour éventuellement devenir commentateur sportif. Avec également de bonnes connaissances dans l’actualité, il tente d’en apprendre davantage sur ce métier. Le jeune homme de 20 ans est principalement passionné par les sports. Il a d’ailleurs créé une page Facebook de plus de 10 000 abonnés qui englobait les actualités de hockey. Il a toutefois été contraint de la supprimer en raison du manque de temps, compte tenu de son arrivée sur le marché du travail. Que ce soit comme travailleur dans des usines où à l’entretien des patinoires ou encore en restauration, l’étudiant n’a pas de difficulté à s’acclimater aux différentes conditions de travail. Son avenir n’est toutefois pas coulé dans le béton, l’Atémien souhaite peaufiner son curriculum vitae en ajoutant un baccalauréat en histoire à son actif. Téméraire à ses heures, le journaliste en devenir a réalisé un de ses rêves en visitant l’Europe durant deux mois à l’été 2019. Celui qui pratique le soccer depuis l’âge de 5 ans, a eu l’honneur de fouler les grands terrains des stades de soccer européens.
  • William Thériault

    Véritable passionné d’actualité et d’information, William Thériault a le journalisme dans le sang. C’est un rêveur touche-à-tout qui travaille fort au quotidien pour faire carrière dans les médias, domaine dans lequel il baigne depuis son adolescence. Le sport étant son amour de jeunesse, William signe des textes pour les blogues AlleyOop360, Passion MLB et DansLesCoulisses. En étudiant en ATM, il a toutefois réalisé qu’il n’y a pas que le sport qui compte. Aujourd’hui, il s'intéresse pratiquement à tout - et c’est la politique qui l’allume particulièrement. Natif de l’Île-Perrot en Montérégie, le jeune homme aspire à connaître une carrière bien remplie, qui toucherait idéalement à la presse écrite, la radio et la télévision. Grand amateur de voyage ayant pour objectif de poser le pied sur chacun des continents, ce jeune fonceur tire fierté en sa rigueur à la tâche, se laisse guider par son esprit d’analyse et se nourrit d’une curiosité qui ne cesse de grandir.