mercredi , 17 août 2022

De la théorie à la pratique

Pour concrétiser la théorie enseignée, le programme Art et technologie dans les médias (ATM), a développé, au fil des années, plusieurs projets au sein de ses différentes options, permettant ainsi aux étudiants de vivre l’expérience du marché du travail.

Créatif et logique

Fondée en même temps que le programme d’Intégration multimédia en 2001, l’agence 3W offre ses services aux entreprises à but non lucratif pour la conception de sites web, programmation, design et animation inclus. Chaque trio d’étudiants doit présenter une plateforme web interactive et attrayante à la fin de la troisième année en respectant les critères de l’entreprise. Les jeunes sont amenés à vivre une expérience semblable à celle du marché du travail. « On forme des mini-wheat, c’est-à-dire qu’ils doivent avoir un côté plus créatif et un autre plus mathématique», lance l’enseignante en programmation web, Joane Bilodeau.

 

Innovation et originalité 

 

Depuis 12 ans, Embryo permet aux étudiants en publicité d’acquérir les connaissances du milieu et les compétences du marché par le biais de contrats avec de réelles entreprises à but non lucratif ou en démarrage. «Le domaine est vaste et il faut innover pour attirer les gens», affirme le professeur Richard Déraps. Embryo, qui opère uniquement à la sixième session des finissants, œuvre autant dans les secteurs de la conception graphique, de l’évènementiel, des relations publiques et des médias sociaux.

 

Expression et personnalité

 

Véritable bassin de recrutement pour les directeurs de radios, Class radio offre la possibilité aux étudiants d’exprimer leur créativité et leur personnalité dans plusieurs formats de contenu. De la converse aux manchettes, en passant par les émissions de variétés, les jeunes peuvent exploiter leurs talents dans un cadre pédagogique, tout en étant diffusés sur Internet et sur les ondes près de la station. La professeure, Marie-Danielle Roy, souligne que «depuis que la station s’est munie d’une antenne dans les années 2000 et avec la diffusion sur le Web, n’importe qui peut écouter les émissions de Class radio, ce qui ajoute de la pression et du concret au travail des étudiants».

 

 Multitâche, multiplateforme

Loin d’être un journal étudiant, La Pige agit à titre d’entreprise de presse depuis 1978. La livraison de l’information se fait aussi bien sur un plateau télévisé que sur papier et sur le web. Les journalistes de troisième années doivent faire eux-mêmes les démarches de la prise de contact avec une source jusqu’à la mise en ligne des articles. La polyvalence est ce qui a de plus important affirme les enseignantes en journalisme, Isabelle Labrie et Cathy Tremblay. «La publication des articles permet aux jeunes de se faire lire par la population et par les employeurs, ce qui force nos étudiants à bien rapporter des informations justes et vraies», rapporte Mme Tremblay.

À propos de William Larouche

Originaire de Saint-Félicien, au Lac-Saint-Jean, William Larouche rêve depuis ses 8 ans de déménager en ville. Montréal, Toronto ou New York, tant qu’il y a un métro et des magasins, il sait qu’il s’épanouira. Son accent régional très prononcé est toutefois inévitable. Ses passe-temps préférés ? Fêter et s’entraîner. Des activités bien différentes, mais qui l’aident à libérer son énergie. William demeure tout de même très sérieux à l’école ainsi que pendant ses heures de travail, sans changer pour autant. Fidèle à lui-même, il ne sort jamais de chez lui sans parfum. Un homme d’ambition, il espère avoir une brillante carrière dans le milieu des communications. Il est très attiré par les domaines de l’économie, de la politique et de la mode, mais ne veut pas se restreindre uniquement à ceux-ci.

À voir aussi

Le bracelet antirapprochement attendu impatiemment

Alors que les 16 premiers bracelets antirapprochements seront utilisés à Québec dans les cas de …