mercredi , 17 août 2022

Une entreprise de prescriptions de cannabis pousse à Alma

La franchise montréalaise AB Cannabis, spécialisée dans la prescription de cannabis médical, a annoncé mardi matin l’implantation de sa première filiale régionale, Médican, à Alma.

C’est le directeur du magasin de vapoteuse Distinction Vape à Alma, Michaël Choquette, qui devient le propriétaire de la première succursale québécoise en dehors de Montréal de la compagnie privée AB Cannabis. Cette dernière est établie un peu partout au Canada.

AB Cannabis est un service de prescriptions de marijuana thérapeutique. Les patients doivent rencontrer un intervenant qui dresse leur bilan médical afin de s’assurer que les raisons de consommation ne soient pas récréatives.

«Les clients qui viennent nous voir doivent avoir des problèmes physiques ou mentaux. On évalue leurs dossiers médicaux un par un en collaboration avec des médecins afin de prescrire le bon type et la bonne quantité de marijuana», a affirmé M. Choquette. Il a précisé qu’une réévaluation de chaque dossier est obligatoire au bout de douze mois pour faire des ajustements si nécessaire.

L’un des présidents de AB Cannabis à Montréal, Alain Sarrieu a souligné pour sa part que les problèmes de santé des utilisateurs sont réels et que ceux-ci doivent avoir au moins un an d’antécédents médicaux pour être éligibles.

Même si toutes les demandes sont acceptées, M. Sarrieu admet qu’une bonne conversation avec le client permet de connaître ses véritables besoins et de bien cibler ce qui est nécessaire pour remplacer l’actuelle médication. Le président d’AB Cannabis évalue son nombre de clients à 40 000 à travers le Canada.

«Les gens qui viennent nous voir ont souvent entre 40 et 60 ans et ils sont généralement déjà des consommateurs de pot», a déclaré le président d’AB Cannabis, en mentionnant que « l’entreprise permet aux usagers d’avoir exactement ce dont ils ont besoin, ce qui n’est pas le cas sur le marché noir ».

Les fournisseurs d’AB Cannabis sont quatre entreprises canadiennes certifiés par Santé Canada.

À propos de William Larouche

Originaire de Saint-Félicien, au Lac-Saint-Jean, William Larouche rêve depuis ses 8 ans de déménager en ville. Montréal, Toronto ou New York, tant qu’il y a un métro et des magasins, il sait qu’il s’épanouira. Son accent régional très prononcé est toutefois inévitable. Ses passe-temps préférés ? Fêter et s’entraîner. Des activités bien différentes, mais qui l’aident à libérer son énergie. William demeure tout de même très sérieux à l’école ainsi que pendant ses heures de travail, sans changer pour autant. Fidèle à lui-même, il ne sort jamais de chez lui sans parfum. Un homme d’ambition, il espère avoir une brillante carrière dans le milieu des communications. Il est très attiré par les domaines de l’économie, de la politique et de la mode, mais ne veut pas se restreindre uniquement à ceux-ci.

À voir aussi

Le bracelet antirapprochement attendu impatiemment

Alors que les 16 premiers bracelets antirapprochements seront utilisés à Québec dans les cas de …