L’Association des contribuables de Saguenay exige des changements aux structures

198
0
Partagez :

L’Association des contribuables de Saguenay ne donne pas la note de passage
à la nouvelle administration Néron. Caroline Leclerc, administratrice,
Gille Morin, vice-président, Mélanie Boucher, présidente et porte-parole
et Yves Bergeron, consultant pour Donquichotte Média, forment le CA de
l’organisme.
Photo: courtoisie

L’Association des contribuables de Saguenay (ACS) estime que les citoyens ont perdu confiance en l’administration Néron au cours de sa première année au pouvoir. Selon le regroupement, elle doit rapidement changer les structures organisationnelles de la Ville, dont Promotion Saguenay.

La porte-parole de l’ACS, Mélanie Boucher, estime qu’il est difficile pour la mairesse de jeter de nouvelles bases. «C’est flou, explique-t-elle. Il y a un manque de vision et de planification.»

Selon Mme Boucher, il est nécessaire que la Ville repense la majorité de ses structures organisationnelles. «On espère encore que le meilleur est à venir», mentionne-t-elle.

L’association voudrait, entre autres, que les élus se retirent du conseil d’administration de Promotion Saguenay, tel que recommandé par le ministère des Affaires municipales. L’ACS souhaite que les élus soient moins impliqués dans les décisions où ils n’ont pas de compétences, notamment pour les nominations dans les organismes municipaux et paramunicipaux. «La mairesse utilise un modèle qui ne fonctionne pas et qui coûte cher», précise Mélanie Boucher.

Augmentation des taxes

Autre déception pour l’association, l’augmentation de 4,1 % des taxes de municipales. Dans ses promesses électorales, la mairesse affirmait que la hausse de taxes ne dépasserait pas l’inflation. À noter qu’une hausse de taxes de 2 % devrait être imposée aux contribuables en 2019.

L’annonce du projet du nouvel amphithéâtre a aussi fait sourciller Mélanie Boucher. «Le projet n’avait pas été discuté en campagne, affirme la porte-parole. Il a aussi été présenté de façon malhabile.»

Dans le dossier des bacs bruns, la confusion face aux registres de signatures pour le règlement d’emprunt a aussi inquiété Mme Boucher. Elle affirme que la mairesse doit faire preuve de plus de transparence, pourtant un thème central de sa campagne électorale.

La porte-parole tient toutefois à souligner le retour du respect et de la politesse à l’hôtel de ville. «La mairesse est courtoise, polie et distinguée, souligne-t-elle. Ce qui sécurise les citoyens lorsque vient le temps d’aller s’exprimer.»

Partagez :