Les concessionnaires reprennent le contrôle

Partagez :

La fermeture temporaire des concessionnaires automobiles de Saguenay et l’arrêt de production des usines au printemps dernier en raison du confinement, occasionnent toujours des difficultés. Alors que la demande augmente constamment, les vendeurs n’ont d’autres choix que de revoir leur modèle d’affaires.

Après avoir atteint un pic sur le Web, le magasinage de véhicules a généré un boom chez les vendeurs cet été. Subséquemment, les concessionnaires automobiles connaissent encore des problèmes d’inventaires, mais conservent une stabilité en matière de ventes.

« Les ventes en ligne ont toujours roulé, donc au mois d’avril on avait déjà écoulé notre inventaire accumulé. Avec la reprise des affaires, on se trouvait à vendre des voitures qu’on n’avait pas nécessairement en inventaire. On a changé un peu notre modèle d’affaires. Je dirais que ça nous affecte encore pour les camions, mais pour le reste des modèles on recommence à avoir un inventaire régulier », souligne le directeur des ventes chez Rocoto Toyota à Chicoutimi, Stéphane Bergeron.

Le concessionnaire compte actuellement 120 véhicules en inventaire dans sa cour alors qu’il n’en comptait qu’une soixantaine cet été.

Délais chez les transporteurs

Le délai de production et de livraison connaît un meilleur équilibre chez les concessionnaires automobiles et de véhicules récréatifs depuis quelque temps. Photo: Frédérique Lefebvre

Les pépins qu’ont rencontrés les transporteurs ont provoqué des retards dans l’acheminement et la livraison des véhicules pendant la saison estivale.

« C’était dur de s’approvisionner. Quand les véhicules arrivaient, ils étaient tous vendus. On pédalait un mois à l’arrière, parce que la plupart des véhicules étaient au port de Québec, de Montréal ou celui de Vancouver. On ne pouvait pas les recevoir, car il manquait de véhicules transporteurs et tout était à effectif réduit », mentionne le directeur des ventes chez Hyundai du Saguenay, Jimmy Girard.

Le concessionnaire a pris des mesures pour éviter les mêmes problèmes dans les prochains mois.

« J’ai commandé beaucoup plus de véhicules que d’habitude advenant le cas qu’il y aurait un autre ralentissement dans le transport. . L’hiver habituellement j’ai 60 à 80 véhicules en inventaire, cette année j’en aurai 250 en tout », s’exprime Jimmy Girard.

Engouement pour les véhicules récréatifs

Si le déconfinement du printemps a engendré une flambée dans les ventes automobiles, les véhicules récréatifs aussi ont connu un achalandage monstre en ce qui a trait aux roulottes, motorisés, bateaux et quatre-roues.

« Les ventes ont augmenté d’environ 1,5 % comparativement à l’année dernière. Les gens ne peuvent pas nécessairement voyager, donc ils se tournent vers le récréatif. Avec la forte demande, on s’est retrouvé avec l’inventaire, l’entrepôt et la cour arrière quasiment vide. On a dû s’adapter, sans nécessairement avoir le temps d’engager à nouveau », commente la directrice commerciale d’Évasion Sport à Laterrière, Pascaline Gagnon.

L’entreprise retrouve peu à peu un rythme normal, prête à s’attaquer à la saison hivernale qui approche à grands pas.

Partagez :