samedi , 26 novembre 2022

« J’ai ben l’droit », l’art de vulgariser les droits des usagers

Dominic Saint-Laurent est déjà allé jusqu’en Alberta et le Yukon pour faire la présentation de ce spectacle qui a été présenté aux Jonquièrois.

L’humoriste Dominic Saint-Laurent a vulgarisé les 12 droits des usagers du réseau de la santé et des services sociaux en utilisant un humour compréhensible pour tous dans le cadre de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle, mardi soir à la salle Pierrette-Gaudreault. 

Selon le regroupement provincial des comités des usagers, « tous ceux et toutes celles qui, à un moment de leur vie, utilisent les services du réseau de la santé et des services sociaux » sont des usagers. Par exemple, le résident d’un CHSLD, un jeune ayant un TDAH, une personne allant consulter à l’hôpital après s’être cassé le bras, une personne handicapée. 

Rencontré avant le spectacle organisé par le Comité des usagers en DI-TSA du Saguenay-Lac-Saint-Jean,  Dominic Saint-Laurent était très reconnaissant de pouvoir interpréter ce spectacle depuis 2016.  

« Le défi me parlait beaucoup parce que j’aime rendre drôle un sujet aussi dramatique à l’apparence. Au début, en toute honnêteté, je ne connaissais pas les 12 droits, mais à force de lire, en écoutant des témoignages de gens qui rencontraient des difficultés ou dont les droits étaient bafoués, pour savoir de quoi je parlais, je me suis attaché à la cause », a raconté l’humoriste originaire de Saint-Herménégilde, en Estrie. 

Éduquer en apprenant  

Des étudiants du Cégep de Jonquière en éducation spécialisée ont été invités à organiser des activités et des kiosques dans le but de sensibiliser la population avant le spectacle. 

De petits jeux, de petites activités éducatives et des pancartes étaient au rendez-vous (Courtoisie)

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour Mathieu, c’était une occasion de mettre en action ce qu’il a appris tout en participant à une bonne cause en sensibilisant ces 12 droits des usagers.  

Son enseignante, Valérie Gauthier, abondait en ce sens. « Toutes les occasions que nos étudiants ont de prendre la parole pour exposer de l’information sont très formatrices, parce que dans le cadre de leur emploi, ils auront tous à le faire », affirme l’enseignante du Cégep de Jonquière.

Selon elle, pour que les droits puissent être respectés, ils doivent être connus par tous en premier lieu. Elle a ajouté que c’était d’autant plus vrai avec les personnes ayant des difficultés ou une déficience intellectuelle.  

Le spectacle se transportera vers Alma (salle François Larochelle du Centre de villégiature Dam-en-Terre) et Dolbeau-Mistassini (salle Thérèse Plante de l’École Secondaire des Grandes Rivières) respectivement les 23 et 24 mars à 19h. 

 

À propos de Marc-André Fortin

Originaire de Sherbrooke, Marc-André Fortin est un homme passionné par les sports et la culture québécoise, mais il aime aussi l’actualité en général. Cet Estrien proactif est une personne positive, dynamique et enjouée. Ses années dans le hockey mineur lui ont notamment permis d’acquérir une qualité indispensable : l’esprit d’équipe. Fervent amateur de politique, il adore suivre les décisions prises par les différents gouvernements, au fédéral comme au provincial. Par-dessus tout, il y a son intérêt pour la politique municipale. Son arrivée à Jonquière a confirmé sa conviction de vouloir devenir un journaliste et d’y consacrer sa vie. C’est avec rigueur et passion qu’il souhaite faire la différence dans un monde où les fausses nouvelles ne font qu’augmenter. Son sens critique développé sera sans aucun doute un atout pour lui, puisqu’il lui permettra d’analyser au maximum les sujets. Toujours ouvert à de nouvelles expériences, cet amoureux de l’actualité vise surtout le journalisme à l’écrit et à la radio.

À voir aussi

Violences faites aux femmes : des étudiants se mobilisent

 À la veille de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des …