samedi , 3 décembre 2022

Festival REGARD : mission accomplie !

Le Grand Prix Canadien du festival REGARD a été remporté par Gabriel Allard Gagnon pour son court-métrage Sikiitu dimanche matin. La cérémonie de remise des prix clôturait une semaine intense d’activités en présence pour cette 26e édition.

 

deux personnes devant un écran géant
C’est la porte-parole du festival Charlotte Aubin et l’adjoint aux projets spéciaux, Nicky Lamontagne qui ont animé la cérémonie. (Photo : Théa Ribault)

 

« Pour son récit qui nous fait déraper avec lui, pour ses effets artisanaux qui vont à contre-courant des tendances esthétiques actuelles, pour son humour sensible qui met en lumière la fragilité d’une relation père-fils, le Grand Prix Canadien est décerné à Sikiitu de Gabriel Allard Gagnon», a souligné la jurée Larissa Corriveau lors de la remise des prix du festival REGARD, hier matin,  devant une foule qui remplissait la bibliothèque de Chicoutimi.

 

une personne qui parle devant un pupitre
Le directeur général du Cégep de Chicoutimi, André Gobeil, a remercié REGARD d’avoir animé la vie collégiale dans son établissement tout au long de la semaine. (Photo : Théa Ribault)

 

Sikiitu décrit le quotidien d’un adolescent de 15 ans, fan de rap, qui habite au Nunavut. Ce dernier rêve de faire carrière dans la musique, mais son père, contre cet avis, l’emmène chasser au cœur de l’Arctique. « L’argent que je gagne aujourd’hui, ça va servir à aller leur montrer le film, à eux, là-bas. Avec la pandémie, les retards, les obstacles qu’on a traversés pour réaliser ce film, ils ne l’ont toujours pas vu », a déclaré le réalisateur montréalais, ému.

Un premier prix hommage

La 26e édition du festival a également remis le prix Philippe Belley, nouvellement renommé en hommage au réalisateur saguenéen éponyme, décédé prématurément en août dernier. C’est François Harvey pour son court-métrage Rencontre avec Robert Dole,  présenté dans le programme 100 % Régions, qui a eu « l’honneur de remporter ce premier prix ». Rappelons qu’il avait travaillé en collaboration avec Philipe Belley pour son œuvre.

Une cérémonie émouvante

La remise des prix marque toujours la fin d’une édition du  festival REGARD, mais pour Marie-Élaine Riou, celle d’hier est particulière. Directrice générale du festival depuis huit ans, cette 26e édition représentait la dernière. « Je vais essayer de pas être ému, mais Marie-Élaine, t’as mis notre Saguenay sur la map. Tu es un phare pour le milieu du cinéma partout, où qu’il soit. Et j’espère que là où tu vas aller, tu vas pouvoir te permettre de rayonner autant », a souhaité le directeur général du Cégep de Chicoutimi, André Gobeil.

 

deux personnes qui se font un calin devant l'écran géant
La directrice générale Marie-Élaine Riou et la porte-parole Charlotte Aubin ont débuté l’animation de la cérémonie. (Photo : Théa Ribault)

 

La semaine de festivités est maintenant terminée, mais les spectateurs peuvent continuer de regarder les court-métrages en ligne du 28 mars au 10 avril au coût de 40 $. Le temps de patienter jusqu’à la remise du prix du public, compétition jeunesse, prévue le 21 mai prochain.

À propos de Théa Ribault

Pur produit de Bretagne, en France, Théa Ribault est arrivée au Québec immédiatement après le secondaire pour vivre une expérience d’indépendance totale. Passionnée de sport, de voyages, de littérature, et bien d’autres domaines, elle étend sa curiosité par-delà les frontières et cherche à découvrir un maximum de choses. Selon elle, « l’apprentissage est la plus grande source de richesse ». Intéressée par l’audiovisuel, son rêve demeure de travailler à la télévision, même si, pendant son cursus à l’école supérieure en Art et technologie des médias, elle a développé des compétences dans toutes les sphères de la communication et du journalisme

À voir aussi

Favoriser l’inclusion grâce au sport

CHRONIQUE –  Le mardi 15 novembre, j’ai eu la chance de participer à une partie …