La Colombie-Britannique : une destination prisée

Selon une étude menée par la firme de service immobiliers CBRE, la Colombie-Britannique sera l’une des destinations les plus prisées au Canada en 2022. La province a connu une montée en popularité chez les voyageurs canadiens depuis le début de la pandémie enregistrant plus de 14 millions de visiteurs en 2021 soit 500 000 de plus qu’en 2019. Un succès qui s’explique par la richesse naturelle et touristique de la province.

Martin Bertrand, un professeur au Cégep de Jonquière, compte effectuer cette année son quatrième voyage à vie en Colombie-Britannique et son troisième en autant d’années. Lorsqu’il est temps d’expliquer pourquoi ce coin de pays l’attire autant, sa réponse est simple : « C’est un endroit où tout le monde devrait aller au moins une fois dans sa vie », explique le Saguenéen dans la cinquantaine qui est tombé en amour avec cette destination lors d’un voyage familial en 2007.

Même si plusieurs appréciaient déjà cette province, l’obligation de rester au pays durant les vacances en raison de la pandémie a permis à plusieurs de redécouvrir ce terrain de jeux. C’est le cas du sportif Sébastien Dion. « Ça m’intéressait déjà et lorsque j’ai commencé à y aller c’était vraiment plus pour la course. En 2020, à cause de la crise sanitaire, on n’a pas eu d’autre choix que de changer nos plans de voyages internationaux et on s’est dit, pourquoi pas aller dans l’ouest? Depuis, j’y suis allé au moins trois fois », raconte-t-il.

Un paradis naturel

Les deux hommes comptent retourner dans l’Ouest canadien cet été. ( Photo : courtoisie )

La raison principale qui pousse beaucoup de Québécois à se tourner vers l’Ouest pour leurs vacances est la présence de multiples montagnes pour faire de la randonnée, du vélo et du ski. « Pour aimer la Colombie-Britannique, il faut aimer le plein air. Pour les Québécois, ces grosses montagnes là sont tellement majestueuses », confirme l’amateur course en sentier, Sébastien Dion.

Même constat pour Martin Bertrand. « On aime les montagnes et elles sont tout simplement à couper le souffle là-bas. C’est l’endroit [sur une montagne] où j’aime le plus être », affirme-t-il.

Au Québec la plus grosse montagne est le mont D’Iberville qui totalise 1 646 mètres d’altitude. En Colombie-Britannique le Mont Waddington est près de trois fois plus haut avec 4 019 mètres.

Si la randonnée a la cote parmi les voyageurs, les activités hivernales comme le ski hors-piste attirent aussi une grosse clientèle de la région. « Le ski hors-piste là-bas ne se compare pas à celui qu’on a au Québec. En termes de neige et de dénivelé, c’est tout simplement hallucinant », déclare l’enthousiaste de sport hivernal, Sébastien Dion.

Un voyage sans stress

Le deuxième aspect qui semble marquer les esprits lors du passage dans cette province de l’ouest du Canada, c’est l’attitude des gens. Ils sont reconnus pour leur Vibe.  Martin Bertrand les décrit comme des personnes moins stressées et très sympathiques. « Je pense que la vie est plus simple, les gens sont moins à la course et ça permet vraiment de décrocher », ajoute Sébastien Dion.

À propos de Maxime Drolet

Maxime Drolet est une jeune femme de 19 ans originaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle a fait ses études secondaires dans le Programme d’étude international (PEI) avant de continuer sa formation en Art et technologie des médias (ATM). Elle est très dynamique, impliquée et adore relever des défis autant physiques qu’intellectuels. Passionnée de sport, elle en pratique plusieurs et forme la relève en tant qu’entraîneuse de volleyball et de course à pied. Si elle n’est pas sur la piste ou en cours, vous la trouverez sûrement la tête dans un livre ou dans les nuages sur le haut d’une montagne. Elle rêve de travailler dans le domaine des communications depuis sa plus tendre enfance.

À voir aussi

Début du match entre Desjardins et Quotidien

Joute amicale pour la bonne cause

Les équipes du Quotidien et des caisses Desjardins du Saguenay ont récolté des dons pour …