Entente historique entre deux Premières Nations

Les chef des communautés d’Essipit et de Mashteuiatsh en train de signer l’entente gouvernance territoriale. Photo : William Boutin

Les chefs des Premières Nations d’Essipit et de Mashteuiatsh ont conclu une entente de gouvernance territoriale à l’hôtel Le Montagnais de Chicoutimi jeudi après-midi. De nombreuses négociations ont eu lieu avant d’en arriver à cette signature historique. 

Mashteuiatsh cède une partie de son territoire situé dans la partie sud-ouest (voir carte) du Nitassinan commun avec les Innus d’Essipit. « C’est plutôt rare que deux Premières Nations s’entendent pour une délimitation territoriale », a souligné le chef de la nation de Mashteuiatsh, Gilbert Dominique. « On ne parle plus de chevauchement, mais d’un partage du territoire », a ajouté le chef de la nation des Innus d’Essipit, Martin Dufour.  

L’accord permettra d’avoir une meilleure gouvernance pour chaque nation et d’éliminer les problèmes de chevauchement. « C’est une problématique qu’on vient de régler et on a créé un lien de confiance entre nos nations », a indiqué M. Dufour. 

Les chefs des deux nations entourées par leurs conseillers présents à la signature. Photo : William Boutin

Cette entente constitue également un partenariat entre les deux communautés pour les gens qui habitent dans la zone appartenant maintenant aux Innus d’Essipit. « Les résidents vont pouvoir continuer à s’identifier à la nation de Mashteuiatsh, mais devront respecter les nouvelles règles indiquées par la nation d’Essipit qui est maintenant en charge du chevauchement territoriale », a fait valoir le chef de la communauté de Mashteuiatsh. 

Pour ce qui est des projets économiques il n’y aura plus de conflits entre les nations. « Parfois il y avait des batailles inappropriées entre les nations. Maintenant on vient clarifier qui est le porteur et ça n’empêche pas la nation voisine de pouvoir être partenaire des projets », a appuyé M. Dominique. 

La carte montrant le nouveau territoire appartenant maintenant à la communauté d’Essipit. Photo : courtoisie

À propos de William Boutin

Avatar photo
William Boutin est un jeune homme de 23 ans originaire d’un petit village de Bellechasse. C’est un grand amateur de sports et il souhaite œuvrer dans ce domaine plus tard en tant que commentateur sportif. Malgré son handicap physique, William ne se laisse pas abattre par les commentaires malveillants des autres. Il veut prouver au reste du monde que, malgré son désavantage et tous les hauts et les bas qu’il a parcourus, tout est possible et qu’il faut réaliser ses rêves peu importe ce qui se passe devant nous. En arrivant à Jonquière, il y a presque deux ans de cela, l’étudiant en journalisme a su développer davantage son sens de l’autonomie. Même s’il est proche de sa famille, il ne dépend pas de ses parents pour l’aider. Le passionné de sports a acquis plusieurs techniques qui facilitent énormément sa vie quotidienne. Ce qui l’a incité à venir en ATM, c’est le sport, mais surtout pour promouvoir les sports paralympiques et montrer qu’ils sont tous aussi importants que ceux qui ne sont pas pour des personnes qui ont des handicaps intellectuels et physiques.

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …