samedi , 26 novembre 2022

Le Qatar, mauvais choix

La Coupe du monde se déroule du 20 novembre au 18 décembre 2022 au Qatar. (Photo : Mickaël Meunier)

Avoir choisi le Qatar comme pays hôte pour la Coupe du monde de soccer n’était pas la meilleure idée de la FIFA. Plusieurs facteurs font en sorte que ce pays n’aurait pas dû être choisi en 2010 et ne devrait pas recevoir la compétition internationale une autre fois. 

Un championnat de cette envergure qui se déroule dans un pays où les droits de la personne sont bafoués est inacceptable. Ce n’est pas normal que la FIFA accepte d’avoir la Coupe du monde dans un environnement où les femmes et les personnes LGBTQ+ sont victimes de discrimination encore en 2022.  

Les droits des travailleurs ne sont pas non plus respectés chez ceux qui ont construit les sept nouveaux stades pour accueillir la compétition qui a lieu tous les quatre ans. Ceux-ci ont dû payer des frais pour obtenir un emploi. Des travailleurs migrants sont même décédés lors de la construction des infrastructures. 

Bâtir sept stades pour accueillir la Coupe du monde est également une perte d’argent, alors que de nombreux pays possèdent déjà les infrastructures nécessaires. Surtout que les conditions sont très désagréables pour travailler à des températures dangereuses qui peuvent dépasser les 50 degrés Celsius l’été au Qatar. 

On peut aussi questionner le moment choisi pour cet évènement. Au Canada, le sport est beaucoup plus pratiqué l’été que l’automne, mais en Europe il y a des championnats qui se terminent en hiver. Au Qatar, la température est beaucoup trop élevée l’été pour que les joueurs puissent pratiquer leur sport. 

2026 : une meilleure place? 

Les conditions de la prochaine Coupe du monde de soccer vont être meilleures que celles du Qatar. Dans quatre ans, les pays ont déjà été sélectionnés et c’est l’Amérique du Nord qui sera l’hôte de cette compétition. Une chose est certaine : les joueurs pourront pratiquer leur passion sans crainte pour leur santé à des températures plus clémentes lors de l’été 2026. 

À propos de William Boutin

Avatar photo
William Boutin est un jeune homme de 23 ans originaire d’un petit village de Bellechasse. C’est un grand amateur de sports et il souhaite œuvrer dans ce domaine plus tard en tant que commentateur sportif. Malgré son handicap physique, William ne se laisse pas abattre par les commentaires malveillants des autres. Il veut prouver au reste du monde que, malgré son désavantage et tous les hauts et les bas qu’il a parcourus, tout est possible et qu’il faut réaliser ses rêves peu importe ce qui se passe devant nous. En arrivant à Jonquière, il y a presque deux ans de cela, l’étudiant en journalisme a su développer davantage son sens de l’autonomie. Même s’il est proche de sa famille, il ne dépend pas de ses parents pour l’aider. Le passionné de sports a acquis plusieurs techniques qui facilitent énormément sa vie quotidienne. Ce qui l’a incité à venir en ATM, c’est le sport, mais surtout pour promouvoir les sports paralympiques et montrer qu’ils sont tous aussi importants que ceux qui ne sont pas pour des personnes qui ont des handicaps intellectuels et physiques.

À voir aussi

Intéresser les jeunes à la politique

  COMMENTAIRE – Lorsqu’il est temps de parler de politique, « c’est la faute des …