Tourner la page

463
0
Partagez :

La population se tourne vers le virtuel à la vitesse de l’éclair pour tout et n’importe quoi. Les médias, les magasins ou même les compagnies de téléphone, mais une chose doit rester : les livres papier.

L’avènement des liseuses électroniques et livres numériques remet en question les livres en papier. Perdent-ils en popularité? Pour un fin lecteur, l’amour porté à ses bouquins ne pourra jamais être remplacé par un appareil technologique. Sentir un nouveau livre ou tourner la dernière page sont deux choses impossibles à faire avec une liseuse.

 Le numérique en déclin

Selon l’Institut de la statistique du Québec, les ventes de livres numériques annuelles des établissements québécois continuent de baisser depuis 2020, pour passer d’un peu plus de 10 millions à 9 millions de dollars. Le prix moyen a augmenté d’environ cinq dollars depuis 2020, passant de 11,74$ à 16,84$ avant taxes. Cela décourage peut-être certains consommateurs à acheter en version numérique.

Si le livre papier coûte seulement 10$ de plus que le numérique, pourquoi ne pas aller le chercher en papier? Bien que 10 dollars dans l’économie du 21e siècle semblent énormes, pour un amoureux des livres, ce n’est pas grand-chose, surtout si ça permet au lecteur d’avoir une copie physique dans ses mains.

Toujours selon les statistiques de l’Institut, la valeur des ventes de livres papier au Québec en 2022 a été, au contraire, en hausse autant pour les éditeurs, que pour les distributeurs et les librairies. Après une baisse en 2021, les ventes de livres des magasins à grande surface ont augmenté de 6,7%.

En exemple, la 59e édition du Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean a accueilli plus de 20 000 visiteurs en quatre jours, selon la directrice générale, Sylvie Marcoux, ce qui confirme l’attrait envers les livres papier.

Donner du vécu

 Un livre papier contient des souvenirs, des émotions ou même des conseils. Chaque lecteur a sa propre façon de marquer son livre, que ce soit de mettre des posts-it pour se rappeler des pages importantes ou de surligner des phrases inspirantes. Certains s’aventurent même jusqu’à un acte qui devrait être interdit : briser le dos du livre en le pliant un peu trop.

Il n’y a rien comme sortir de la librairie avec un nouveau livre en main, prêt à découvrir un nouveau monde. Il va sans dire que les livres papier perdront probablement de la popularité, mais tout comme les vinyles qui reviennent tranquillement à la mode, ils ne disparaîtront heureusement jamais.

 

Partagez :