Le sport : un jeu de genres

578
0
Partagez :

Un danseur, un patineur artistique, un gymnaste, un nageur artistique; il y en a très peu. Pourquoi? Parce que ces sports sont considérés depuis longtemps comme des sports artistiques, et donc, comme des sports « de filles ». Une mentalité à changer impérativement.

Si l’on apprend aux enfants lorsqu’ils sont très jeunes qu’un garçon doit être fort, endurci et musclé et qu’une fille doit être menue, gracieuse et agile, alors comment un garçon est-il supposé s’exprimer et laisser place à l’art dans son sport? Les rares qui le font sont considérés comme les braves qui brisent les normes de la société alors qu’au fond, ce devrait être tout à fait normal.

Si plutôt, on utilisait les mêmes adjectifs, les mêmes mots d’encouragement pour les garçons que pour les filles, peut-être alors seraient-ils plus enclins à choisir le sport de leur choix. Si l’on apprenait aux petits garçons à être plus proches de leurs émotions, à s’exprimer comme ils le souhaitent, peut-être n’auraient-ils pas aussi peur de le faire une fois grands.

Dans la liste des sportifs identifiés en 2023-2024 de Patinage Québec, il y a 491 athlètes féminines pour… 79 athlètes masculins. La plupart d’entre eux pratiquent le patinage de couple et ne se distinguent donc pas pour leur talent individuel, mais plutôt à deux.

En outre, la nage artistique, autrefois appelée nage synchronisée, a été introduite aux Jeux Olympiques en 1984. Ce n’est que 40 ans plus tard, en 2024 à Paris, que la discipline sera ouverte aux hommes. C’est une preuve indéniable que l’on évolue, mais à ce rythme-là, on ne verra jamais le jour où les sports seront tous vus comme égaux.

La même chose ne peut pas être dite de la gymnastique rythmique, ce sport dans lequel l’athlète exécute une chorégraphie en musique à l’aide de mouvements de gymnastique et d’objets tels que des ballons, des rubans ou des cerceaux. À ce jour, la discipline reste exclusivement réservée aux femmes. Cela fait preuve d’une certaine misandrie, à l’inverse de la misogynie, selon laquelle les hommes doivent refouler toutes émotions et constamment faire preuve de « bravoure » et de « froideur ».

La danse… ce n’est pas un sport?

L’éternel débat à savoir si la danse est un sport ou une forme d’art continue à enflammer les esprits de plusieurs. D’un côté, les danseurs qui souhaitent défendre leur discipline et qui savent pertinemment que la danse n’est pas une blague quand vient le sujet de l’endurance physique et de la technique. De l’autre côté, les gens qui n’y voient que la musique et l’expression artistique.

Mais pourquoi ça ne peut pas être les deux? Pourquoi l’art et le sport ne peuvent-ils pas cohabiter en paix, de manière que chaque personne puisse pratiquer le sport désiré sans avoir peur de se faire pointer du doigt ou, encore une fois, de se faire féliciter pour sa « bravoure »?

Partagez :
Avatar photo