Martin Gaudreault : l’art de photographier à travers le temps

234
0
Partagez :

En retraite depuis 2020, Martin Gaudreault profite de son temps libre pour partager ses connaissances et sa passion à la nouvelle génération. (Photo : Johanne Bouchard)

Premier photographe à être admis à l’Académie internationale des beaux-arts du Québec, Martin Gaudreault a vu son travail diffusé dans une soixantaine de pays. Un milieu de la photographie qui sera amené à changer en raison des technologies de demain.

Avec les grandes avancées technologiques actuelles, la photographie n’échappe pas à l’innovation. Un renouveau qui apparaît comme un bouleversement majeur pour le milieu. « L’intelligence artificielle, à l’heure actuelle, elle va nous jouer des tours. […] À mon sens, on va vivre la même révolution que le passage du noir au blanc à la couleur. On va revenir à des valeurs comme Henri-Cartier Bresson (grand photographe français) à l’époque, où c’était la captation du moment présent », déclare le photographe.

Cette révolution, Martin Gaudreault s’y prépare et s’attend à voir, en plus du milieu, le métier être directement impacté par les nouvelles technologies. « Il va y avoir une épuration dans le marché des photographes. Il y en a qui ne seront pas capables de passer à travers ça. […] Je ne suis pas devin, mais je pense qu’il ne va rester que les puristes », explique-t-il.

Parmi ces avancées technologiques, le cellulaire y figure en majeure partie. Le développement de l’appareil photo sur ceux-ci ne cesse de croître, une évolution qui continue de surprendre le natif de Roberval. « Au niveau de la photographie, les gens font appel à l’intelligence artificielle pour créer des photos. Le plus bel exemple c’est l’IPhone 15, où quand on prend une photo avec, il met des sourires aux gens s’ils ne sourient pas », déclare Martin Gaudreault.

La photographie, un univers plein d’opportunités

Photographe par passion, Martin Gaudreault a pu exposer avec ses photos à travers le monde. Invité au Carrousel du Louvres à Paris en 2017 et 2018, le natif de Roberval en ait ressorti avec une tout autre vision de la photographie. « Le Louvre, c’est vraiment une expérience. Ça nous a marqué. […] Juste le fait d’accrocher ce que tu fais dans l’espace canadien, tu te dis, moi, je représente mon pays, le Canada. Quand tu as vécu le Louvres une fois dans ta vie, tu peux plus faire le travail à moitié », déclare-t-il.

En plus de Paris, le photographe a exposé dans de nombreuses salles internationales comme Londres, Florence ou encore Cannes. Une réussite qui ravie sa compagne, Johanne Bouchard. « Je suis vraiment fière de sa carrière. Et aujourd’hui, je me colle sur ses compétences, ce qui est agréable c’est de toujours avoir un conseil de sa part », explique-t-elle.

Partagez :