Peu d’espoir pour les patients orphelins

132
0
Partagez :
Vicky Dallaire n’a plus de médecin de famille depuis 2021. Le GAP ne lui a trouvé que trois rendez-vous pour consulter.

Vicky Dallaire n’a plus de médecin de famille depuis 2021. Le GAP ne lui a trouvé que trois rendez-vous pour consulter.

« Ça fait deux ans que je suis inscrite au Guichet d’accès à un médecin de famille (GAMF) et je n’en ai toujours pas », déplore une mère de 33 ans, Vicky Dallaire. La dame risque d’attendre longtemps puisque, selon le Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, en 2023 il y eu 11 départs à la retraite et trois médecins sont partis de la région.

« On dirait que les médecins sont destinés aux personnes âgées, mais ça ne veut pas dire que les jeunes n’ont pas des problèmes de santé », explique Vicky Dallaire, atteinte de narcolepsie, un trouble du sommeil qui entraîne des somnolences à tout moment dans la journée. Elle n’a plus de médecin depuis 2021. « Quand ma médecin est partie à la retraite, mon dossier n’a pas été transféré », déclare la résidente de Chicoutimi.

Au Groupe de médecine de famille (GFM) de Jonquière, quand un praticien prend sa retraite, il essaye toujours de transférer ses patients à ses collègues. « Il y a beaucoup de vieux médecins qui partent, mais aussi beaucoup de jeunes qui arrivent. Le problème, c’est qu’un jeune ne peut pas prendre autant de patients », explique l’adjointe à l’administration, Nathalie Gilbert. Selon elle, un médecin bien installé peut avoir jusqu’à 1 500 patients contre 500 pour un jeune médecin.

Le GAP saturé

Le guichet d’accès à la première ligne (GAP) a été étendu dans toute la province en septembre 2022. Selon les chiffres du GAMF, à la mi-octobre 2023, plus de 500 000 personnes étaient en attente au GAMF et éligibles au GAP contre plus de 800 000 à la fin du mois de mars 2022. Même s’il y a moins de personnes dans le besoin, il n’est pas facile d’avoir accès à cette ressource. « Il faut appeler tôt le matin dès l’ouverture et en début de semaine pour espérer avoir un rendez-vous et encore, ce n’est pas sûr », s’afflige Vicky Dallaire. Depuis qu’elle n’a plus de médecin, elle a dû se rendre plusieurs fois à l’hôpital par manque de rendez-vous. « On m’a aussi conseillé d’aller dans le privé, mais je n’ai pas l’argent pour ça », soupire-t-elle.

Au GFM de Jonquière, avec 23 médecins, ils arrivent à voir des patients orphelins. Mais les médecins n’ont souvent pas beaucoup de temps, soit entre 5 et 10 minutes. Dans ce petit créneau horaire, un seul symptôme peut être traité. « Il faut choisir quel problème est plus important que l’autre », déplore Vicky Dallaire.

Les habitants de la région peuvent toutefois espérer voir une amélioration. Pour combler les départs à la retraite, 13 médecins ont été recrutés en 2023. De plus, dans le cadre des plans régionaux d’effectifs médicaux 2024, qui sont rentrés en vigueur le 1er décembre 2023, 15 places de médecins de famille sont à pourvoir au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Partagez :
Avatar photo