Nouveau programme en génie électrique au Cégep de Jonquière

Partagez :

Dany-Philippe Savard enseignant et responsable de la coordination départementale en Génie électrique et Carl Hutc, enseignant en télécomunication au Cégep de Jonquière. (Photo : Rosalee Bonneau-Harvey)

Le Cégep de Jonquière offrira un nouveau programme dès la rentrée scolaire 2024. La technique de Génie électrique : Réseaux et télécommunications sera unique au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Un investissement de 1 million de dollars a été nécessaire.

En deux ans, le Cégep de Jonquière a investi un total de 2,3 millions de dollars pour les programmes en génie électrique, puisqu’en 2021, l’établissement avait mis en place la formation Génie électrique : Automatisation et contrôle. La première cohorte finissante de cette technique prendra le chemin du marché du travail au mois de mai cette année.

Cet investissement a permis de se procurer diverses installations et équipements essentiels. « Nous avons acheté de l’équipement et mis à jour nos instruments de mesure pour refléter les besoins actuels et futurs du marché du travail », a précisé l’enseignant et responsable de la coordination départementale en Génie électrique du Cégep de Jonquière, Dany-Philippe Savard.

Grandes opportunités d’emploi

Le nouveau programme offert cet automne permettra de former des techniciennes et des techniciens qui pourront œuvrer dans plusieurs secteurs. La technique comportera quatre axes, soit le réseau informatique, les objets connectés industriels, la télécommunication sans et avec fil.

Les diplômés auront ensuite l’opportunité de travailler dans de grandes entreprises, dans les services financiers, les réseaux téléphoniques, les mines ou en environnement. « Maintenant, dans toutes les industries, la télécommunication est la dépense numéro un », a rappelé l’enseignant en télécommunication au Cégep de Jonquière, Carl Hutc.

Alternance travail-études

Le programme se démarquera par la possibilité de travailler dans le domaine pendant les trois années d’études. Les étudiants auront la chance de réaliser deux stages rémunérés de 10 à 12 semaines « Durant l’été, le jeune est payé, il prend de l’expérience dans le domaine et il s’ouvre des portes dans l’industrie, ça peut être très avantageux », a affirmé Dany-Philippe Savard.

Cette nouvelle formation est l’actualisation d’un cours de télécommunication qui existait déjà auparavant, qui, selon M. Savard, attirera plusieurs jeunes. « En plus on est rendus exclusifs à le donner, on a bien espoir de ramener des gens, on mise une vingtaine de nouveaux inscrits en septembre. »

Quant aux industries, elles accueillent avec satisfaction la venue de ce nouveau programme. « J’ai fait des démarches de partenaire dans le domaine en région et dans la province, elles étaient très enthousiasmes à la venue du programme et de la modernisation des compétences visées », a confirmé Carl Hutc.

Partagez :
Avatar photo