Le hockey féminin bat son plein dans la région

1104
0
Partagez :

Les Rebelles M18 AA du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont triomphé au tournoi AHFVG de Gatineau en novembre dernier. Elles ont remporté les grands honneurs par la marque de 2 à 0 face à Laval-Montréal. Crédit : Sébastien Dufour

Le hockey féminin n’a jamais été aussi populaire au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les inscriptions continuent de croître de manière soutenue chez les Rebelles, équipe vainqueure de la Coupe Chevrolet au niveau du M13 (pee-wee) lors des plus récents Championnats provinciaux. Une nouvelle équipe collégiale féminine pourrait également émerger.

« Depuis les quatre dernières années, le hockey féminin est vraiment en santé. L’an prochain, les inscriptions vont continuer d’augmenter. Notre équipe M18 AA est parmi les meilleures au Québec, on a une plus grande visibilité à l’échelle provinciale », a affirmé la présidente de l’organisation du hockey féminin du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Nathalie Perron. Cette saison, c’est un peu plus de 80 joueuses qui étaient inscrites. Les Rebelles sont présentes dans quatre calibres différents, de M11 à M18.

Déjà à sa troisième année, la concentration de hockey féminin du programme sports-études à l’École polyvalente d’Arvida a vu son nombre de joueuses passer de 11 à 17 lors de la dernière campagne. Les filles du programme s’entraînent environ 4h30 ensemble sur la patinoire par semaine en plus de deux séances hors glace.

Des pourparlers

Une nouvelle équipe collégiale féminine pourrait voir le jour d’ici quelques années dans la région. Le lieu et la date d’arrivée de l’équipe ne sont pas encore déterminés, a confirmé le président de Hockey Saguenay-Lac-Saint-Jean, Patrice Fillion. Des discussions ont eu lieu entre le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) régional et le Cégep de Chicoutimi. Lorsque le dossier sera finalisé, la demande sera ensuite transmise et évaluée par un comité de sélection à Montréal.

Patrice Fillion est d’avis que le RSEQ régional devrait prioriser le dossier. « Si nous voulons garder nos filles en région, éviter qu’elles quittent et qu’elles ne reviennent plus, nous devons mettre une pression sur les collèges », a-t-il ajouté.

« Quelque part, il faudra embarquer dans la parade avec l’équipe féminine collégiale », a indiqué le coordonnateur et entraîneur-chef de Hockey féminin Sag-Lac, Enrick Corneau.

Présentement, au Québec, il y a sept équipes dans le circuit collégial féminin D1 et quatre en D2. Du côté masculin, le nombre s’élève à 13 en D1 et 14 en D2.

En 2025, le Saguenay-Lac-Saint-Jean accueillera pour la première fois de son histoire, les Championnats provinciaux de Hockey Québec en classe féminine. Crédit : Simon Ferland

Des exemples à suivre

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean compte sur quelques filles qui ont joué collégial et universitaire à travers les différents circuits du Québec. De ce nombre, il y a Amélie Brassard, native de Saint-Ambroise et ancienne joueuse des Rebelles. Âgée de 21 ans, la défenseure qui a aussi porté l’uniforme des Titans du Cégep de Limoilou s’alignera pour les Gaiters de l’Université Bishop’s dans le circuit universitaire féminin lors de la prochaine saison. De son côté, Ariane Aubin, originaire de La Baie, est entraîneuse adjointe des Inuk de l’UQAC en division 2 universitaire. L’attaquante a aussi arboré les couleurs des Titans du Cégep de Limoilou pendant trois saisons.

Imitant leur chemin, Ariane Boivin, actuelle joueuse des Rebelles dans le M18 AA, poursuivra sa carrière d’hockeyeuse avec L’Indigo du Cégep de Granby dans la North American Prep Hockey League et dans la North American Prep Hockey Association. Deux ligues qui travaillent ensemble et qui allient des équipes de l’Est du Canada et des États-Unis. « Les Rebelles m’ont aidée à développer mes aptitudes de joueuse de hockey à différents niveaux, autant sur la glace qu’à l’extérieur. J’ai appris beaucoup de choses en lien avec l’esprit d’équipe et de compétition », a relaté la capitaine des Rebelles Sag-Lac M18 AA, Ariane Boivin.

Les jeunes Rebelles qui commencent à pratiquer le hockey ont raison de s’accrocher à leur rêve de jouer un jour dans la nouvelle Ligue professionnelle de hockey féminin (LPHF), selon Ariane Boivin.

« Les filles sont allées voir quelques matchs de la LPHF cette saison et elles s’identifient à des joueuses, elles ont des idoles féminines », a lancé la présidente des Rebelles, Nathalie Perron.

Partagez :
Avatar photo