Séminaire de Chicoutimi: les jeunes sensibilisés pour contrer le racisme

153
0
Partagez :

L’organisatrice Rosalie Bourque en pleine explication des différents mots reliés au racisme. (Photo: Olivier Bonjour)

Le Séminaire de Chicoutimi a organisé une conférence jeudi sur la sensibilisation pour contrer le racisme dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale. Le but est de faire mieux comprendre les conséquences que certains propos peuvent avoir et de mieux outiller les jeunes pour la vie en société.

Cette conférence était le deuxième volet sur trois du projet de sensibilisation pour contrer le racisme instigué par la conseillère pédagogique et enseignante d’anglais Rosalie Bourque. L’activité avait pour but de démystifier et d’expliquer l’origine des mots reliés au racisme pour mieux éduquer les jeunes des différents niveaux.

Une initiative bien reçue par les élèves, selon l’enseignante. « Les jeunes ont une belle ouverture d’esprit, on l’a vu aujourd’hui. Entre les conférences, les élèves sont venus me voir et m’ont dit “c’était vraiment intéressant madame, merci de faire ça”. La majorité des jeunes ont une belle ouverture d’esprit et savent que ce n’est pas correct », précise-t-elle.

Influencer de la mauvaise façon

La désinformation et les influenceurs font partie du quotidien des jeunes. Des propos d’un influenceur ou d’une influenceuse avec une certaine notoriété vont être pris au sérieux par les jeunes, explique Mme Bourque. « Ça influence tellement les jeunes qui sont sur les réseaux sociaux, ils voient toutes ces vidéos, ces choses-là. Parfois ce sont même des personnes extrêmement racistes qui disent des choses et qui vont mettre en ligne des vidéos sur ce sujet parce qu’eux ont cette croyance-là. »

D’où vient l’importance de bien outiller les jeunes pour leur permettre d’avoir les acquis nécessaires pour pas que des gestes de racisme se reproduisent dans le futur, explique la fondatrice et directrice de l’Agence de recrutement et d’intégration des immigrés venus au Saguenay Lac-Saint-Jean, Malika Belal, présente à la conférence. « C’est de mettre en place des outils, mais aussi de préparer les élèves qui sont présents pour qu’ils prennent connaissance de ces gestes, de ces paroles blessantes pour éviter lors de l’accueil de nouveaux arrivants qu’eux subissent du racisme. »

Une réalité qui n’est pas prise au sérieux par une partie de la population selon Mme Belal. « Les gens ne prennent pas ça au sérieux parce que ce ne les touche pas directement. Ça peut faire en sorte que les jeunes peuvent blesser sans même le vouloir, car ils ignorent que la parole ou le geste qu’ils posent est blessant. »

Compte tenu du succès de son projet, l’organisatrice a espoir de répéter l’événement. « Oui on aimerait ça d’une année à l’autre donner l’information aux élèves et que ça perdure dans le temps », conclut Rosalie Bourque.

Partagez :