Le Centre d’histoire d’Arvida veut se rapprocher des citoyens

756
0
Partagez :

Chaque année, le Centre d’histoire d’Arvida offre un festival gratuit pour se rapprocher du patrimoine de la ville et de son histoire. (Photo : Xavier Pouliot)

Dans son objectif de devenir un écomusée pour 2026, le Centre d’histoire d’Arvida veut se rapprocher de plus en plus des citoyens du quartier. Cette proximité devrait permettre une meilleure accessibilité et le développement d’un sentiment d’appartenance envers la culture arvidienne.  

Xavier Pouliot

Pour la directrice intérimaire du Centre d’histoire d’Arvida, Marianne Salesse-Côté, l’accessibilité à la culture, c’est bien plus que d’avoir un musée dans notre quartier qu’on peut visiter. « On parle d’être inclusif, d’avoir des discours qui s’adaptent bien à plusieurs générations », affirme-t-elle. L’inclusivité d’un site culturel est importante pour captiver l’intérêt d’un plus grand nombre de citoyens et leur donner le goût de s’intéresser à leurs services. C’est avec des innovations comme le concept d’écomusée, qui ouvrira ses portes dans quelques années à l’intérieur de l’église Sainte-Thérèse, que le Centre d’histoire d’Arvida garde la population du quartier toujours intéressée à ses expositions. 

Écomusée

L’église Sainte-Thérèse d’Arvida sera désacralisée dans les prochaines années pour faire place à l’écomusée.

L’église Sainte-Thérèse d’Arvida sera désacralisée dans les prochaines années pour faire place à l’écomusée.

Le concept d’écomusée a été popularisé en Europe dans les années 70. Il consiste en un partenariat entre les citoyens et le musée sur les sujets d’expositions.« La base de ça, c’est la communauté. On s’implique dans la communauté et la communauté s’implique dans le musée. C’est comme si le musée appartenait à la population », explique Marianne Salesse-Côté. Le but est que la population d’Arvida développe un sentiment d’appartenance envers Arvida, résume la directrice intérimaire du musée. Si la population n’est pas représentée dans un centre d’exposition dont le sujet est leur quartier, ça va être difficile de les attirer au site culturel. « Il faut que tu aies de l’affecte dans un musée aussi si tu veux te sentir bien et apprécié », relève Marianne Salesse-Côté.

Le Centre d’histoire d’Arvida offre actuellement une exposition sur les origines de la ville.

Le Centre d’histoire d’Arvida offre actuellement une exposition sur les origines de la ville.

L’appui du conseiller municipal

Pour le conseiller municipal d’Arvida, Carl Dufour, l’ouverture de l’écomusée est une « excellente idée ». Le quartier a récemment rencontré des paroissiens sur la cession de l’église pour la transformation de l’écomusée et la proposition a été accepté à 95 %. La transformation de l’église Sainte-Thérèse en musée fait partie des plans du quartier pour faire entrer Arvida dans l’UNESCO. « Si on veut aller plus loin, ça prend l’aval des citoyens c’est inévitable. C’est la base de la pyramide », confirme le conseiller municipal. L’amour des citoyens vient jouer un rôle important pour redorer le quartier. C’est avec ces projets culturels et sociaux qu’Arvida va pouvoir revenir sur la carte et être reconnu par l’UNESCO.

Partagez :