Challenger Banque Nationale | six Canadiennes au tableau principal

Aucune des dix Canadiennes qui ont pris part à la phase de qualification du Challenger Banque Nationale n’a réussi à passer au prochain tour du championnat. Petra Januskova était la dernière chance du Canada, mais elle s’est inclinée dimanche contre l’Américaine Alexandra Stevenson.

Quatre des 32 places disponibles au tableau principal étaient en jeu durant les deux premières journées de compétition. De plus, étant donné que le tournoi se déroule au Saguenay, quatre jeunes Québécoises ont été invitées à participer au Challenger en plus de bénéficier d’une immunité et d’ainsi éviter les matchs de qualification.

Charlotte Robillard-Millette, Catherine Leduc, Leylah Annie Fernandez et Isabelle Boulais se joignent donc à Bianca Andreescu et Carol Zhao dans la délégation canadienne.

Rappelons qu’Andreescu a participé à l’édition 2016 du Challenger Banque Nationale et a offert une solide performance en s’inclinant en finale contre l’Américaine Catherine Bellis. La joueuse de 18 ans, originaire de San Francisco, occupe présentement le 35e rang mondial.

L’ancienne championne n’est toutefois pas de retour cette année à la compétition d’Arvida. C’est plutôt Risa Ozaki, du Japon, qui commence le tournoi en tant que tête de série.

La cour des grands

Parmi les championnes des années passées se retrouvent plusieurs joueuses qui se sont ensuite classées au top du palmarès mondial. Parmi elles, Angelique Kerber, gagnante des éditions 2006 et 2007 du Challenger, qui a été la première raquette mondiale en septembre 2016.

Bianca Andreescu tentera cette année de remporter la compétition internationale afin de se qualifier pour des tournois de plus grande envergure. L’Ontarienne de 17 ans occupe présentement le 161e rang mondial et a déjà remporté les grands honneurs lors de trois championnats.

Les parties du tableau principal seront disputées de lundi à jeudi, suivies des quarts de finale, des demi-finales et des finales, qui s’échelonneront jusqu’à dimanche prochain.

À propos de Mikaël Beauchemin

Petit garçon de campagne, Mikaël Beauchemin est originaire de Saint-François-du-Lac au Centre-du-Québec. Dès sa tendre enfance, il s’intéresse à tout et tente de comprendre le monde qui l’entoure. Cette curiosité le pousse à se renseigner sur une panoplie de domaines allant de l’astronomie à la politique, en passant par le sport et le droit. Verbomoteur de nature, communiquer est son plus grand atout et il ne manque pas une occasion d’exprimer le fond de sa pensée. C’est pour cette raison qu’il s’est inscrit en ATM après son parcours secondaire où il a découvert sa passion pour la télévision. Le jeune centriquois est animé par une détermination sans limites qui le pousse toujours plus loin. Il a d’ailleurs espoir de se retrouver un jour en zone d’instabilité politique en tant que correspondant à l’étranger.

À voir aussi

Les Sags transigent à la date limite

À la date limite des transactions lundi, les Saguenéens se sont affichés comme acheteur alors …