Interdiction des chiens dans les événements publics | Bruno Tremblay fermé aux propositions citoyennes

199
0
Partagez :

Même s’il a reculé sur le port obligatoire de la muselière pour les chiens de plus de 10kg, le maire de Saint-Honoré, Bruno Tremblay, ne s’est pas montré ouvert aux nombreuses propositions citoyennes qui ont été lancées, lors de la séance du conseil municipal lundi soir, concernant le projet de règlement entourant la gestion des animaux.

Le conseil municipal de Saint-Honoré désire interdire la présence des chiens lors de certains événements publics.

 Près d’une quarantaine de résidents de la municipalité faisant partie de la MRC du Fjord-du-Saguenay se sont mobilisés afin d’émettre leur point de vue à la suite de l’annonce qui interdirait la présence de chiens lors de certains événements publics dès le 1erjanvier 2020. Il s’agit d’un volte-face de la ville qui souhaitait imposer la muselière. Le règlement est toujours sujet à modification d’ici son adoption. M. Tremblay a mentionné que l’objectif de ce projet est d’assurer la sécurité des citoyens.

Lors de l’assemblée, plusieurs personnes ont proposé des pistes de solutions comme la création d’un comité animal. Le maire de la municipalité est toutefois resté de glace face à cette idée. «Je ne suis pas sûr qu’on va prendre cette orientation-là. […] Faire un comité pour étirer la sauce plus longtemps. Je pense qu’on a entendu les doléances des gens», a-t-il répliqué.

La consultante canine, psychologue et zoothérapeute, Emmanuelle Fournier Chouinard, a également émis l’idée d’effectuer de la prévention auprès de la population. Le maire s’est toutefois montré réticent à l’idée. Elle a demandé à obtenir des statistiques concernant les cas de morsures sur le territoire de la ville. Les élus municipaux n’ont toutefois pas été en mesure de lui en fournir. La dame croit que le projet de règlement empiète sur la liberté des citoyens.

Les Honoriens présents à la salle du conseil ont généralement bien accueilli le nouveau règlement. Par contre, Mélissa Brassard estime que la situation n’aurait pas dégénéré à ce point si la Ville avait fait respecter les règlements déjà mis en place il y a quelques années. Elle a d’ailleurs souligné que des propriétaires canins apportent leur chien au terrain de baseball, malgré des affiches indiquant que la présence de ces bêtes est prohibée.

 

Partagez :