Femmes en politique municipale : confronter la culture machiste

Dans une structure faite par les hommes pour les hommes, les femmes peinent à trouver leur place en politique municipale. Si elles franchissent de plus en plus le pas, ce n’est pourtant pas assez pour avoir une parité entre les deux sexes.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean est le mauvais élève du Québec et se retrouve en queue de peloton concernant la parité hommes/femmes, avec seulement 32 % de conseillères et 13 % de mairesses. « On recherche la zone paritaire, explique la chargée de projet pour Récif 02, Gisèle Dallaire. On vise les 40 % de conseillères. Ça donne de meilleurs groupes de discussion. » La tendance veut que si un groupe minoritaire avance une idée, elle a peu de chances d’être retenue par l’ensemble du conseil, selon Gisèle Dallaire.

Récif 02 est une table de concertation des groupes de femmes au Saguenay-Lac-Saint-Jean qui défend les droits de la femme dans toutes les sphères de la société. Des discussions avec des actrices politiques actives ou non sont organisées pour les encourager et les soutenir dans leurs ambitions.

Un traitement plus dur

Les femmes ont la vie dure en politique. La consultante en développement territorial et féministe depuis plusieurs années, Isabel Brochu, parle d’ailleurs d’une culture machiste. Il y a beaucoup de préjugés sur le sexe féminin en politique selon elle. « On entend souvent que les femmes sont trop sensibles, émotives ou manquent de jugement », développe Isabel Brochu. À cela Giselle Dallaire répond qu’ « il y a toutes sortes de femmes, il y en a des dures, des conservatrices, des libérales… »

Parmi les idées reçues, le manque d’efficacité de la gent féminine revient souvent sur le devant de la scène. « Comme elles peuvent prendre plus de temps pour traiter les dossiers, on estime qu’elles sont incapables de prendre des décisions et qu’elles manquent de leadership », déplore Isabel Brochu.

Giselle Dallaire rejoint sa comparse féministe. « Les femmes ne sont pas jugées sur les mêmes bases. On va dire qu’une femme est hystérique et un homme décisionnel par exemple. Les femmes sont beaucoup plus observées [que les hommes] ». Elles vont être jugées sur leur physique, leur apparence, leurs décisions… « Josée Néron s’est plusieurs fois fait dire qu’il “faut être faite forte, que la politique c’est comme ça ” par l’ancien maire Jean Tremblay », rapporte Isabel Brochu.

« Mais ce n’est pas parce qu’il y a plus de femme qu’il va y avoir plus de solidarité, avertit la fervente féministe. Les femmes n’ont pas plus d’éthique, mais elles vont avoir une approche plus respectueuse, plus sensible, parce qu’elles ont aussi vécu des discriminations. »

On observe que dans les dernières années, les candidatures féminines représentaient moins de 20 %. En revanche, entre 80 et 90 % des candidatures étaient des hommes.
Source: Récif 02 : femmes et pouvoir : état des lieux au Saguenay-Lac-Saint-Jean en 2019.

Une charge mentale plus présente

Réalité bien ancrée dans la société, la charge mentale peut toucher autant les hommes que les femmes. Toutefois les statistiques démontrent que c’est la gent féminine qui est la plus concernée. Selon l’Institut statistique du Québec, en 2015, les femmes consacraient en moyenne trois heures et 46 minutes par jour aux activités domestiques. En revanche, les hommes s’y emploieraient pendant deux heures et 38 minutes. Mis bout à bout, cela représente presque une journée de travail supplémentaire pour les femmes, non rémunérée.

La famille a une place importante dans la vie d’une femme. « Les femmes hésitent beaucoup parce qu’elles ne veulent pas que leur famille subisse ça », déplore la chargée de projet pour Récif 02. « D’autres part, beaucoup osent mais au conseil municipal, il y a un manque d’écoute concernant la charge des mandats et de la vie de famille. »

Giselle Dallaire et Isabel Brochu espèrent que les femmes seront plus nombreuses à briguer les suffrages en novembre 2021. Aussi, invitent-elles les futures candidates à « suivre des formations, à partager et discuter avec d’autres femmes en politique, et évaluer pourquoi elles veulent faire de la politique avant de se lancer. »

On constate que les femmes osent davantage faire le saut pour un poste de conseillère que pour celui à la mairie. Mais les hommes restent toutefois majoritaires.
Source: Récif 02 : femmes et pouvoir : état des lieux au Saguenay-Lac-Saint-Jean en 2019.

 

À propos de Solveig Beaupuy

Solveig Beaupuy
Originaire de France, Solveig est une bretonne pure souche de 25 ans. Si vous lui demandez où se trouve le Mont Saint-Michel, elle vous répondra : « En Bretagne », question de fierté. Après quatre ans d’études en Lettres à l’université, elle s’est dit qu’elle n’en avait pas assez, et a voulu ajouter trois années de plus en ATM. Frileuse face au froid, mais déterminée à devenir journaliste, elle est venue s’établir au Québec et compte bien y rester. Ce ne sont pas les températures extrêmes qui la feront partir, le mauvais temps, elle connaît. Véritable artisane du verbe et amatrice de poésie, son péché mignon, c’est manier les mots, les structures de phrases et les synonymes. Sportive à temps partiel, débrouillarde, têtue et avec un sacré caractère, Solveig a toujours su montrer sa ténacité en travaillant pendant ses études. Forte d’une expérience de plusieurs mois dans le journal de sa ville, elle sait ce qu’elle veut, et ce qu’elle ne veut pas, mais toujours en se remettant en question quand il le faut. Apprendre et découvrir sont ces crédos. Aventurière dans l’âme, elle aime repousser ses limites et voyager.

À voir aussi

Fondation Hebdos Québec: 2250 $ remis à des finissants en journalisme

La Fondation Hebdos Québec a remis 2250 $ en bourses à des finissants en journalisme …