mercredi , 5 octobre 2022

Improvisation : une équipe adaptée voit le jour

Les Malcommodes en action
Les joueurs des Malcommodes possèdent tous un chandail avec leur nom de famille et leur numéro. (Photo: Cassandre Baillargeon)

Une toute nouvelle équipe d’improvisation adaptée pour les personnes ayant une déficience intellectuelle ou physique a vu le jour à Saguenay à la fin octobre. L’Association pour la promotion des droits des personnes handicapées (APDPH)située à Jonquière, assure la gestion de l’équipe des Malcommodes en plus de l’avoir créée. Il s’agit d’une première au Saguenay-Lac-Saint-Jean. 

Composés d’une demi-douzaine de joueurs, les Malcommodes sont encadrés par trois intervenantes, Alyssa Filion, Léane Marcoux et Léanne Tremblay. Cette dernière est étudiante en Éducation spécialisée au Cégep de Jonquière et combine les connaissances de son domaine d’études à son bagage en improvisation pour guider les participants à travers différents apprentissages tels que les règles, les façons de jouer et les manières de s’adapter à une situation donnée. 

Le projet a débuté après qu’un participant à un camp adapté ait présenté une pièce de théâtre de l’APDPH enregistrée en 2006. Cette production a suscité un vif intérêt des membres de l’association présents et incité le coordonnateur des services à l’APDPH, Maxim De La Sablonnière, à ramener l’art dramatique au menu des activités. Après le camp estival de l’association qui a permis au coordonnateur de valider la faisabilité de la proposition, une case horaire disponible dans la programmation automnale a rendu possible sa concrétisation.   

Le coordonnateur des activités, Maxim De La Sablonnière
Le coordonnateur des services, Maxim De La Sablonnière, est extrêmement fier de pouvoir ajouter une corde supplémentaire à l’APDPH. (Photo: Cassandre Baillargeon)

De La Sablonnière est extrêmement fier du projet étant donné qu’il permet de lutter contre les préjugés et les mythes que la société peut entretenir sur sa clientèle.

L’équipe des Malcommodes a aussi des impacts concrets sur la vie des participants. « C’est une activité qui leur apporte énormément parce qu’il y a des gens dans le groupe qui sont un peu plus introvertis, qui ont vécu un peu plus d’isolement avec la pandémie, qui ont des interactions sociales plus difficiles et l’improvisation leur permet d’aller au-delà de ça. Ils s’extériorisent, ils verbalisent et le fait de prendre un rôle, de faire un personnage, une mise en scène, c’est un beau médium pour eux pour communiquer, pour se faire des amis et pour socialiser », affirme le coordonnateur des services de l’APDPH.  

L’équipe qui pratique toutes les semaines devrait être fonctionnelle au mois de décembre, selon M. De La Sablonnière. « L’objectif, qui va être atteint, c’est que cela devienne une équipe d’improvisation complète. Pour le moment, ils ont bien assimilé les règles, les consignes, comment ça se passe et ils ont énormément de plaisir », explique-t-il.  

À long terme, l’organisme espère que d’autres groupes adaptés seront formés dans la région pour organiser des tournois. M. De La Sablonnière ajoute toutefois que les Malcommodes peuvent très bien s’intégrer à toute équipe d’improvisation adaptée ou non et invite le public à aller voir les pratiques qui ont lieu au local de l’APDPH située au 2435 rue St-Jean-Baptiste, à Jonquière, tous les mercredis de 18h à 20h30.  

À propos de Cassandre Baillargeon

Originaire du Centre-du-Québec, Cassandre Baillargeon est une grande passionnée de pratiquement tout! De la politique fédérale, provinciale et municipale jusqu’au monde de l’éducation en passant par la justice et le sport, Cassandre possède une curiosité sans limites qui lui permet d’ajouter continuellement de nouvelles cordes à son arc. C’est notamment ce besoin criant de curiosité combiné à un désir vital de partager son savoir aux autres qui l’a amenée à choisir le monde des communications à la fin de ses études secondaires en sport-étude basket-ball. Ce sont d’ailleurs ses nombreux engagements parascolaires au cours des dernières années qui ont formé la personne polyvalente, dynamique et organisée qu’elle est aujourd’hui. Sportive dans l’âme en plus de posséder un cœur d’enfant, Cassandre a davantage l’air d’une observatrice silencieuse qu’une animatrice de foule. Cela dit, sa ténacité et son talent pour utiliser les mots à bon escient font certainement d’elle une excellente oratrice. Reconnue pour ses connaissances de l’actualité, son amour de la langue française ainsi que pour ses capacités d’analyse et de vulgarisation, cette rouquine de 19 ans aspire à informer la population des événements et des enjeux actuels, que ce soit à la radio ou à la télévision.

À voir aussi

Défaite d’Émile Simard à Dubuc : un regard vers l’avenir

Malgré la défaite, le candidat du Parti québécois dans Dubuc Émile Simard a gardé le …