Sensibilisation : la clé pour diminuer le fléau du GHB

412
0
Partagez :

 

Le bar La Voie Maltée de Jonquière (Photo Galane Maréchal)

 

La sensibilisation et les couvercles sur les verres, ce sont deux façons de contrer le fléau du GHB qui fait rage en ce moment au Québec, selon Camille Larouche, travailleuse sociale pour Calacs Entre Elles d’Alma. 

Pour tenter de diminuer le fléau, l’Assemblée nationale a déposé, mercredi, une motion aux députés qui a été adoptée à l’unanimité. Selon Mme Larouche, c’est une très bonne nouvelle. « On sait que c’est quelque chose qui est malheureusement très répandu. C’est quand même une bonne nouvelle de savoir que le gouvernement veut mettre des choses en place », souligne la dame.  

Elle ajoute que ce n’est pas une solution miracle en raison de la situation dans les hôpitaux où des tests de dépistages sont faits et le manque de personnel.

« Il y a des régions où ça ne sera pas nécessairement facile, donc ça va être de voir avec le temps comment ils vont le réaliser », affirme-t-elle. 

Solutions mises en place 

Pour Calacs Entre Elles, qui se spécialise dans la violence sexuelle, des actions ont été mises en place par l’organisme.  

Une campagne de sensibilisation a été effectuée dans les bars et auprès de la population, ainsi que des tests de dépistage qui ont été distribués dans la population. 

 « On essaie de faire le plus qu’on peut, mais une partie de la population devra se mobiliser », assure la travailleuse sociale. Par exemple, elle mentionne que les témoins d’une personne qui a les symptômes des effets du GHB doivent réagir rapidement pour aider ladite personne. 

Outre sensibiliser les gens, la dame raconte que mettre des couvercles sur les verres pour empêcher de mettre du GHB est une bonne idée pour diminuer les chances de se faire droguer. Pour Calacs Entre Elles, les couvercles ne sont pas utilisés pour le moment mais d’autres organismes l’utilisent et l’ont utilisé. 

Point de vue des citoyens et des bars 

Selon les quelques citoyens et citoyennes du Saguenay interviewés par La Pige, tous sont conscients qu’il est important de surveiller son verre en tout temps. « Si je n’ai pas eu de surveillance sur mon verre, c’est sûr que je n’y toucherai pas », explique la citoyenne du Saguenay, Rachel Langevin.  

Au bar La Voie Maltée de Jonquière, les employés et employées sont sensibilisés sur le sujet, en plus de commencer à mettre des mesures comme les couvercles sur les verres.

Pour Dylan Lavoie, un citoyen du Saguenay, de plus en plus de mesures sont mises en place dans les bars pour contrer le fléau, mais il y a place à l’amélioration. « Il commence tranquillement à y avoir des mesures, mais je pense que ça peut être mieux parce qu’il y a encore beaucoup de cas », soutient l’homme. 

Partagez :