Le football n’hiberne pas

Alors que les Bengals de Cincinnati et les Rams de Los Angeles s’apprêtent à disputer le 56e Super Bowl dimanche, les footballeurs de la région, quant à eux, sont en plein cœur de leur saison morte. Toutefois, pause de parties au football est loin de signifier période de repos.

« Le travail d’entraineur, c’est vraiment 12 mois par année. Il n’y a pas de congé, explique l’entraineur-chef des Cougars du Cégep de Chicoutimi, Nicolas Menachi. En ce moment, on est en pleine période de recrutement. Ensuite, ce sera les camps de printemps en mai et on commencera finalement la préparation en juillet pour la saison d’automne. »

En effet, de janvier à avril, les organisations font les démarches afin d’attirer des joueurs dans leur structure et ainsi bâtir un alignement des plus compétitifs.

« Avec mon recruteur, on se promène un peu partout au Québec, allant de Mont-Joli jusqu’à Montréal, pour évaluer des joueurs. On parle aussi avec les entraineurs avec qui on a créé des liens de confiance à travers les années afin qu’ils nous donnent leurs ressentis sur les différents footballeurs », indique l’entraineur d’expérience.

Même si c’est plus complexe en raison de la situation pandémique, il est commun pour les formations de prendre l’avion direction l’Europe pour réaliser du dépistage auprès d’athlètes français, belges ou même suisses.

Musculation pour les joueurs

Avant de faire le saut à McGill, Xavier Asselin a évolué avec les défunts Jeannois du Collège d’Alma. (Photo : Courtoisie)

Pour l’Almatois évoluant avec les Redbirds de l’Université McGill, Xavier Asselin, la saison hivernale est le meilleur moment pour perfectionner sa forme physique. « On parle de quatre entrainements en salle et de deux courses par semaine. Cependant, le programme diffère pour chaque position. En étant receveur, je ne vais pas faire les mêmes exercices qu’un joueur de ligne offensive par exemple. »

Contrairement aux rangs collégiaux qui eux réussissent à organiser quelques entrainements par-ci par-là, il est interdit aux alignements universitaires de pratiquer pendant l’hiver.

« On ne touche à aucun ballon. Au Québec, pour une question d’équité, les équipes universitaires ne peuvent pas organiser autant de pratiques qu’elles le veulent pendant l’entre-saison », confirme celui qui amorcera sa cinquième et dernière saison à l’automne. Ce règlement existe entre autres parce que plusieurs joueurs ne sont pas dans l’entourage des formations 12 mois par année.

À propos de Marc-Antoine Corneau

Marc-Antoine Corneau est un apprenti journaliste de 19 ans pour qui le monde du sport n’a aucun secret, du moins presque aucun… Son but premier : s’établir comme référence dans le monde du soccer au Québec. Tout droit sorti d’Alma au Lac-Saint-Jean, le jeune homme aux 6 pieds 3 pouces peaufine actuellement ses talents d’écriture, alors qu’il est assigné à la couverture des Saguenéens de Chicoutimi au Journal de Québec. Depuis un an, le Jeannois est également responsable des communications pour les Élites de Jonquière dans la Ligue de développement du hockey M18 AAA du Québec. De nature discrète, Marc-Antoine est loin de laisser sa place. Déterminé et muni d’une grande confiance en lui, il trace son chemin où bon lui semble. Ce n’est peut-être pas le plus à l’aise devant la caméra, mais croyez-le, il sait manier les mots tel Zoro avec son épée.

À voir aussi

immobilier

Marquis de Jonquière : une histoire d’équipe

« C’est vraiment pas une question d’argent ou de publicité. Selon moi, c’est une question de …