Troupe DéliriAH! : un dernier au revoir

Le 2 avril, DéliriAH! tournera la page sur dix ans de délire. La troupe qui accueillait annuellement près de 200 chanteurs et danseurs de tous âges se réunira afin d’offrir à ses membres une toute dernière expérience de scène haute en couleur.  

Au total, 3300 costumes auront été utilisés lors des neufs spectacles présentés à la salle François-Brassard du Cégep de Jonquière (Photo : courtoisie)

De 2010 à 2020, les artistes ont présenté neuf spectacles de variétés, soit un par année, à la salle François-Brassard du Cégep de Jonquière. L’ensemble accueillait des passionnés, issus de différents milieux, de partout à travers le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Un dénominateur commun les unissait, soit leur amour pour la musique.  

En 2020, le groupe devait présenter son dernier spectacle à l’occasion de son dixième anniversaire. Pandémie oblige, DéliriAH! a dû cesser ses activités avant même que les membres puissent remonter sur scène.  

 « On avait décidé déjà avant la pandémie qu’on avait besoin d’une pause. Après dix ans, on devait refaire le point sur nos objectifs et nos buts pour la troupe », confie la directrice artistique de la troupe DéliriAH!, Marie-Ève Claveau.  

 Pour la directrice musicale, Danielle Tremblay, il n’était pas question de se quitter sans pouvoir se rassembler une dernière fois. « C’est certain qu’on voulait se revoir pour fêter nos dix ans en présentiel et pas comme on a pu le faire en 2020 en virtuel. »  

À gauche, la directrice musicale Danielle Tremblay et à droite la directrice artistique Marie-Ève Claveau (Photo: courtoisie)

De nouveaux défis  

C’est par le biais d’une publication Facebook que les directrices de DéliriAH! ont annoncé que ce n’était pas tout à fait la fin de l’aventure. « On veut absolument repartager la scène ensemble! On ne parle plus ici de la formule à 200, mais c’est certain que ça va être tout aussi grandiose. On préfère ne pas s’avancer tout de suite sur les détails parce qu’on est en train de réfléchir à toute l’organisation », affirme Marie-Ève Claveau. Sans donner de date précise, elles invitent les artistes à rester à l’affut des nouveaux développements de leurs projets.  

 « C’est trop dramatique de dire que ça finit là, parce que c’est uniquement le début de quelque chose de nouveau », mentionne Danielle Tremblay, le sourire aux lèvres. 

À propos de Charlotte Bergeron

Spontanée, curieuse et dynamique sont les qualificatifs que les gens emploient pour décrire la jeune Saguenéenne de 19 ans. Depuis son plus jeune âge, Charlotte accompagne sa maman dans de multiples événements promotionnels et de presse. Elle sait dès lors qu’elle veut y laisser sa trace. Au cours de ses études, son fort intérêt pour le chant lui permet d’enchaîner les prestations sur scène et de côtoyer de près le milieu artistique. Cette passion lui permet de devenir une grande amoureuse des mots. Elle est également pourvue d’un intérêt marqué pour l’actualité et la politique. En 2019, son sens de l’initiative lui permet de décrocher un stage en gestion des médias sociaux pour le Festival en chanson de Petite-Vallée. L’été 2021 aura été pour elle une occasion de parfaire ses compétences en œuvrant comme coordonnatrice des communications pour le Festival de la chanson de Saint-Ambroise. Son parcours lui dessine un avenir vers les communications, les relations de public et les relations de presse.

À voir aussi

District 31 : savoir tourner la page

C’est avec nostalgie et fierté que Jeff Boudreault et Maxime Villeneuve, deux Jeannois, ont fermé …