Attouchement sexuel sur un mineur : sentence reportée 

228
0
Partagez :

Accusée d’attouchement sexuel sur mineur, une femme s’est présentée ce jeudi matin au palais de justice de Chicoutimi, à l’étonnement de son avocat Charles Cantin. Elle a plaidé coupable en octobre 2022, mais depuis, elle n’a pas collaboré avec son avocat et le service de probation de Chicoutimi. Sa sentence a finalement été reportée en mai prochain. 

Une femme est accusée d’attouchement sexuel sur un mineur. Photo : Galane Maréchal

 

La Saguenéenne est accusée d’attouchement sexuel sur le fils de son compagnon de l’époque, âgé de 12 ans lors des faits. Il serait d’ailleurs adopté par ses grands-parents maternels aujourd’hui.  

Le juge Michel Boudreault de la Cour du Québec a voulu interroger l’accusée sur son manque d’implication et de collaboration. Il a d’abord lu la lettre du service de probation de Chicoutimi indiquant qu’ils n’ont pas pu rédiger un rapport présentenciel. De nombreuses démarches ont été effectuées pour entrer en contact avec l’accusée, mais elles sont restées sans réponse. L’évaluation sexologique de la jeune femme n’a pas pu être faite. 

Elle a été assermentée et questionnée sur les raisons de ses manquements par le juge.  « Je ne sais pas moi-même », a témoigné la jeune femme. 

Elle a expliqué ne pas avoir de cellulaire en sa possession pour justifier l’absence de réponse de sa part. Elle vit chez sa mère qui ne lui aurait pas transmis les appels du service de probation de Chicoutimi.  

Le juge a continué en la questionnant sur sa vie professionnelle. « Je ne fais rien de mes journées, a-t-elle répondu. Je vis des revenus de l’aide sociale », a continué l’accusée.  

Elle a expliqué ne pas être prête pour recevoir sa sentence aujourd’hui, mais qu’elle avait l’intention de collaborer cette fois-ci.  

Le dossier souffre de nombreuses carences ont jugé l’avocat de la défense, Charles Cantin, la procureure aux poursuites criminelles et pénales, Nicole Ouellet, et le juge Michel Boudreault. C’est pourquoi, ce dernier a décidé de donner une dernière chance à l’accusée pour collaborer. La sentence a été repoussée au 4 mai prochain pour que le service de probation puisse avoir le temps de rendre son rapport et l’évaluation externe. 

Partagez :