dimanche , 17 janvier 2021

Maisons unifamiliales de 1998 et moins | Blackburn promet des subventions

Jean-Pierre Blackburn veut attribuer une subvention de 5000$ aux acquéreurs de maison unifamiliale datant de 1998 et moins pour que ceux-ci puissent la rénover. C’est ce qu’a proposé le candidat indépendant devant les membres de l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR) de Jonquière, mercredi matin.

 La somme de 5000 $ devra être investie dans des centres de rénovation et des quincailleries de Saguenay. «Je suis persuadé que ça va être un stimulant économique pour la région», a déclaré M. Blackburn à moins de trois semaines des élections municipales.

Selon ses estimations, cette mesure toucherait près de 200 maisons à Saguenay. Le candidat voudrait échelonner ce programme sur une période de deux ans. «De cette manière, la valeur de la maison va s’accroître et la Ville de Saguenay va pouvoir en tirer des revenus.»

Transport en commun gratuit : Blackburn maintient sa position

Blackburn a d’ailleurs profité de son allocution pour relancer le débat sur la gratuité du service de la Société de transport de Saguenay (STS). Il propose notamment une consultation populaire afin de trouver une solution pour que davantage de citoyens utilisent le transport en commun.

«Actuellement, les autobus sont vides. Pourquoi on ne ferait pas en sorte d’offrir un service adapté à la réalité et aux besoins des gens de Saguenay?», s’est indigné M. Blackburn.

Il a également rappelé que le budget de la STS représentait 24 M$ du budget annuel de la ville. De ce montant, la Ville de Saguenay paie 11 M$ avec ses revenus de taxation, alors que les revenus provenant des usagers est de 4,4 M$.

À propos de François Gionet

Cadet de la cohorte 2015-2018 en journalisme, François a grandi dans la magnifique banlieue ferroviaire de Charny sur la Rive-Sud de Québec. Véritable boute-en-train dès son plus jeune âge, François s’est attiré la foudre de plusieurs enseignants par son incapacité à se taire au bon moment, au bon endroit. François semblait donc déjà destiné à une carrière en communication. C’est lors de ses études secondaires au Juvénat-Notre-Dame que François s’intéresse au milieu des arts. Musique, théâtre, cinéma et littérature : ce jeune homme expérimente tous les domaines, tout en développant un intérêt pour l’écriture, intérêt qui le mènera d’ailleurs à écrire pour le journal étudiant de l’école durant deux ans. À l’extérieur des murs scolaires, François joue à la position de défenseur pour l’équipe de hockey de son quartier, avant d’accrocher ses patins – pour de bon – en 2015. Même s’il n’est pas certain de son avenir dans le milieu journalistique, François a la profonde conviction qu’il travaillera dans un domaine où il pourra « changer les choses pour le mieux », principe qui semble plus que nécessaire, aujourd’hui, en 2017.

À voir aussi

Cégep de Jonquière : lancement d’un jeu d’évasion virtuel

Un nouveau jeu d’évasion pour découvrir les programmes d’études dans un univers pré-apocalyptique nommé La …