Accueil / Arts & culture / Francisation par la musique | Apprendre à son rythme
Francisation par la musique

Apprendre à son rythme

Apprendre le français par la musique: une façon innovatrice que la Ville de Saguenay offre aux enfants et aux parents à la bibliothèque de Jonquière. Les ateliers en famille débuteront dès le 10 mars pour une durée de six semaines.

Les ateliers s’adressent à tous ceux qui ne parlent pas français, par exemple les immigrants. Par le biais de chansons, comptines, danses et jeux rythmiques, la professeure Marian Rose animera les ateliers les samedis. Ce sont quelques façons de développer les habiletés phonétiques, spécialement en bas âge. L’anglophone, qui a fait une maîtrise à l’UQAC, souligne que l’activité se pratique en famille. Mme Rose confi e que la musique l’a beaucoup aidée pour apprendre le français puisque c’est rythmé et la mémorisation est plus effi cace.

Selon le chercheur en musique et en apprentissages et professeur en éducation musicale à l’Université Laval, Jonathan Bolduc, cette technique d’apprentissage n’est pas assez exploitée. Les enfants entre 4 et 6 ans sont très réceptifs pour apprendre en groupe de façon interactive. «La musique, c’est des vitamines pour le cerveau», assure M. Bolduc.

Selon ses études, les langues sont à la base des rythmes et des hauteurs dans les sons (soit graves ou aigus), ce qui est connecté à la musique. Pour l’apprentissage d’une langue seconde, M. Bolduc ajoute qu’il est important de décortiquer les sons. Les ateliers seront constitués de comptines connues et moins connues. Elles seront accompagnées de mouvements de danse. Mme Rose enseignera également des chansons qu’elle a traduites elle même pour apprendre les mots utilisés au quotidien.

Les personnes intéressées peuvent s’inscrire en ligne ou en personne à la bibliothèque de Jonquière jusqu’au 4 mars.

À propos de Camille Lacroix

Magogoise qui se nourrit de toute l’information qui l’entoure, Camille Lacroix laisse tomber sa coquille dès qu’on l’approche. L’actualité alimente son quotidien depuis qu’elle sait lire. Toujours prête pour l’aventure, elle sort de son confort pour voyager ou pour essayer de nouvelles choses. Elle a toujours en main des billets pour un spectacle à venir pour satisfaire son côté groupie refoulé. Camille a pu porter fièrement le chandail des Gaillards pendant deux ans lorsqu’elle a intégré l’équipe de cross-country. Elle adore le plein air tant pour la course, le vélo et le hiking. Elle souhaite d’ailleurs intégrer cette passion dans une future carrière en journalisme. Ayant une fervente détermination pour informer la population que ce soit par la télévision, la presse ou la radio, la journaliste en elle n’attend que de sortir. Une chose est sûre, sa curiosité va lui donner du fil à retordre afin d’arrêter son choix pour des études supérieures.

À voir aussi

Barry Dawe | La famille avant la carrière internationale

Si mener une carrière internationale et d’entendre ses chansons jouer un peu partout dans le …