lundi , 21 octobre 2019
Accueil / Arts & culture / De la poésie en réalité virtuelle au Salon du livre

De la poésie en réalité virtuelle au Salon du livre

Il s’agit de la quatrième production de la Fabrique Culturelle, mais c’est la première à être en réalité virtuelle. (Photo Samuel Montigny)

L’activité multimédia Insaisissable : 360 degrés de poésie, présentée par La Fabrique Culturelle de Télé-Québec, a été lancée en primeur au Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Produite en collaboration avec la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) et l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) par la cellule Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, cette nouvelle expérience se déroule en réalité virtuelle. Équipés d’un casque et d’une paire d’écouteurs, tout ceux voulant tenter l’expérience sont transportés aux Îles de la Madeleine en sons et en images. Durant leur expérience, les utilisateurs sont assis sur un banc et peuvent tourner sur celui-ci afin d’avoir une vue panoramique des Îles.

Changer de format

Selon l’agent de coordination régionale de Télé-Québec, Jocelyn Robert, l’objectif est de modifier le format conventionnel. «Nous voulions trouver un nouveau projet accrocheur. Nous avons donc décidé de développer cette activité en réalité virtuelle», explique-t-il. Les poèmes Les grandes fatigues d’Isabelle Dumais, Chauffer le dehors de Marie-Andrée Gill et La fatigue des fruits de Jean-Christophe Réhel sont racontés avec des images de plaines verdoyantes, de plages de sable blanc ou de mer à perte de vue.

«Grâce à ce format immersif, on voit des différences dans le comportement des gens. On voit les jeunes et les hommes tourner sur leur banc et regarder partout, tandis que les femmes sont généralement plus réservées. Elles regardent juste devant en tournant un peu la tête de temps à autre», compare M. Robert en riant.

Avec ce genre de production, la Fabrique Culturelle a pu se déplacer en Belgique et en France afin de montrer ce mélange d’arts. «Nous devrions également présenter cette expérience dans d’autres Salons du livre au Québec, dit Jocelyn Robert. Nous voulons faire vivre cette expérience à un grand nombre de personnes.»

Retour sur l’expérience

Selon M. Robert, les commentaires sont positifs. Mis à part quelques sentiments de vertige par manque d’habitude, la population semble apprécier cette expérience hors du commun. Le journaliste de La Pige a pu le constater sur place. «Les images était magnifiques. Je ne suis jamais allée aux Îles de la Madeleine et ça me donne très envie de les visiter», dit Régine Lavoie quelques minutes après son expérience. «Mon poème préféré était celui de M. Réhel. Il était très beau et les images étaient à couper le souffle», déclare Lucien Morin, satisfait de ce court voyage.

À propos de Samuel Montigny

Samuel est un jeune homme de 20 ans originaire du petit village de Saint-Justin, en Mauricie. De nature enjouée, quoique introverti, il parle peu, mais il est toujours là pour poser un sourire sur le visage de ses collègues. Depuis son tout jeune âge, Samuel a une grande passion pour la radio. Il souhaite ardemment devenir journaliste à la radio. Il est également un très grand passionné de théâtre. Il a fait partie d'une vingtaine de productions, autant sur scène que dans la régie, à s'occuper de l'éclairage. Samuel est déterminé à progresser dans sa carrière de journaliste et à vivre de nombreuses aventures.

À voir aussi

L’heure du conte | Apprendre une langue par la lecture

Bien établie dans les bibliothèques de Saguenay, l’heure du conte propose maintenant un projet d’apprentissage …