mercredi , 5 octobre 2022

Élections | Les organismes communautaires au cœur de la discussion

Les quatre candidats à la mairie de Saguenay ont rencontré lundi les intervenants communautaires de la région afin de discuter des différents enjeux qui touchent leurs organismes, dont le logement social et la lutte à la pauvreté.   

Les candidats indépendants Arthur Gobeil et Jean-Pierre Blackburn, la chef de l’Équipe du renouveau démocratique (ERD), Josée Néron, et le chef du Parti des citoyens de Saguenay (PCS), Dominic Gagnon, ont échangé à tour de rôle avec les participants aux tables. Sous forme de «World Café», les discussions étaient divisées selon quatre thèmes, soit Enfance et famille, Jeunesse, Lutte à la pauvreté et Personnes aînées et retraitées.

L’évènement était organisé par la Corporation de développement communautaire du ROC.

Josée Néron

Interrogée sur la situation des logements sociaux à Saguenay, Josée Néron croit qu’il sera important de prioriser les établissements près du centre-ville afin d’éviter les cas d’isolement social chez les personnes à faible revenue. «Ça améliore la qualité de vie pour tout le monde. Ça devient compliqué quand quelqu’un habite loin [de la ville] et des services», explique-t-elle.

Par ailleurs, la candidate a déploré que les organismes communautaires de la région n’étaient pas suffisamment reconnus par la ville. «À Granby, les grandes pancartes lumineuses annoncent des évènements tels que la soupe populaire. Ici, ces mêmes pancartes servent à faire de la publicité pour Promotion Saguenay.»

Arthur Gobeil

De son côté, Arthur Gobeil a réitéré son désir d’implanter un programme de plafond des coûts d’inscription aux activités culturelles et sportives de la ville s’il est élu le 5 novembre prochain. «Quand une famille aura atteint la limite de ce programme, elle pourra participer à d’autres sports gratuitement», a lancé le comptable et ex-directeur de la Société de la vallée de l’aluminium.

Au moment de quitter l’évènement, Dominic Gagnon venait tout juste d’arriver. Jean-Pierre Blackburn, lui, était encore attendu.

À propos de François Gionet

Cadet de la cohorte 2015-2018 en journalisme, François a grandi dans la magnifique banlieue ferroviaire de Charny sur la Rive-Sud de Québec. Véritable boute-en-train dès son plus jeune âge, François s’est attiré la foudre de plusieurs enseignants par son incapacité à se taire au bon moment, au bon endroit. François semblait donc déjà destiné à une carrière en communication. C’est lors de ses études secondaires au Juvénat-Notre-Dame que François s’intéresse au milieu des arts. Musique, théâtre, cinéma et littérature : ce jeune homme expérimente tous les domaines, tout en développant un intérêt pour l’écriture, intérêt qui le mènera d’ailleurs à écrire pour le journal étudiant de l’école durant deux ans. À l’extérieur des murs scolaires, François joue à la position de défenseur pour l’équipe de hockey de son quartier, avant d’accrocher ses patins – pour de bon – en 2015. Même s’il n’est pas certain de son avenir dans le milieu journalistique, François a la profonde conviction qu’il travaillera dans un domaine où il pourra « changer les choses pour le mieux », principe qui semble plus que nécessaire, aujourd’hui, en 2017.

À voir aussi

Défaite d’Émile Simard à Dubuc : un regard vers l’avenir

Malgré la défaite, le candidat du Parti québécois dans Dubuc Émile Simard a gardé le …