À Saguenay, moi j’embac!

La mairesse de Saguenay Julie Dufour et le président de la Commission du développement durable et de l’environnement Jimmy Bouchard ont lancé la campagne d’information et de sensibilisation à la récupération des déchets organiques. (Photo : Marius Fagot)

Saguenay lance sa campagne de sensibilisation et d’information en vue du lancement de la collecte des matières organiques. Les bacs bruns seront distribués l’été prochain et le début des collectes aura lieu en septembre.

Selon la mairesse de Saguenay, Julie Dufour, de nombreux citoyens appelaient à l’hôtel de ville pour savoir quand arriveraient les bacs bruns. « La Ville est la dernière de la région à recevoir les bacs bruns, mais à l’échelle du Québec elle est dans la moyenne », a affirmé le président de la Commission du développement durable et de l’environnement et conseiller municipal, Jimmy Bouchard lors de la conférence de presse tenue mardi.

« Je suis heureuse de lancer cette campagne aujourd’hui. La population de Saguenay aura en main tous les outils pour bien utiliser les bacs », a lancé Julie Dufour. Cette campagne d’information va se décliner en plusieurs moyens. Par exemple, 13 vidéos ont été tournées pour apprendre comment utiliser et gérer les bacs bruns ainsi que promouvoir leurs utilisations, plusieurs affiches et feuillets explicatifs seront distribués et des dépliants seront livrés avec les bacs.

La Ville mise sur une esthétique de jeux vidéo rétros et très colorés ainsi qu’une trame sonore qui entre dans ce thème. Le tout est accompagné du slogan : « À Saguenay, moi j’embac! ».

Les premiers bacs bruns, qui sont des poubelles de 240 litres similaires aux poubelles bleues, et les mini bacs, arriveront chez les citoyens entre les mois de mai et d’août. Les appartements recevront le nombre de poubelles adéquat et chaque appartement recevra un mini bac. La première collecte se déroulera aux alentours de la mi-septembre.

Les bacs bruns accueilleront les restes de nourritures, les résidus de jardin qui ne sont pas des branches ou des bûches et les papiers et cartons souillés. En revanche, aucun sac plastique même biodégradable ne sera accepté. « Les citoyens auront accès au compost en 2023 », a expliqué Jimmy Bouchard.

À propos de Marius Fagot

Marius Fagot vient d’un petit village de France situé à côté de Reims. Dernier enfant d’une fratrie de quatre, il est parti de chez lui à 17 ans, plein d’ambition, pour rejoindre le froid nordique. Marius est né curieux, intéressé et n’a jamais cessé de poser des questions à toutes personnes qu’il croisait, il est passionné de politique internationale, d’économie, mais aussi de sujets plus précis comme la lecture, l’horlogerie ou le sport électronique. Cet apprenti journaliste souhaite s’instruire tous les jours tout en partageant les informations qu’il a obtenues puisqu’il pense, tout comme Léon Tolstoï, que « la vérité doit s’imposer sans violence ». C’est dans cette quête de vérité et de partage que Marius a choisi le journalisme et que toute sa vie s’est tournée vers ce métier qui le passionne tant, notamment en travaillant pendant trois ans en tant qu’animateur radio lorsqu’il était en France puis désormais en Art et technologie des médias (ATM) au Cégep de Jonquière.

À voir aussi

Le bracelet antirapprochement attendu impatiemment

Alors que les 16 premiers bracelets antirapprochements seront utilisés à Québec dans les cas de …