La quarantaine pour des poissons

156
0
Partagez :

«C’est l’heure de la collation», exprime joyeusement l’enseignante. Tout excité, Mathis, 6 ans ouvre sa boîte à lunch. À travers ses fruits et légumes, il trouve un sac de petits poissons. Dès qu’il sort sa main, avec son paquet de «Goldfish» tous les yeux se tournent vers lui. Son enseignante, scandalisée, appelle l’équipe de décontamination.

On doit mettre la classe de maternelle en quarantaine. Tout ça parce que sa mère a osé prendre la décision de donner une collation «non-santé» à son enfant, on ne parle pas ici de chocolat ou de bonbons… mais bel et bien d’un sac de craquelins à 90 calories, quelque chose qui n’est pas de couleur verte, rouge ou n’im-porte laquelle teinte bizarre.

Sa maman Annie a voulu lui faire une petite surprise pour le récompenser de ses bonnes notes dans son récent bulletin. Depuis le début de l’année, elle se plie aux règles de l’école, qu’elle trouve stupide. Pas de sucre, pas de gras, rien qui peut exciter les élèves, pour que les enseignants aient la paix. Les enfants ont besoin de produits qui leur donneront une bonne vue, une bonne ouïe un bon sens du touché… La mère ne savait pas qu’elle serait la cause d’une quarantaine dans la classe de son garçon. Elle aurait peut-être dû lui mettre du fromage jaune en forme de poisson à la place.

Partagez :