Produits forestiers Résolu ouvre ses portes

229
0
Partagez :

Les gens de la région ont eu l’opportunité de visiter, samedi, les installations de Produits forestiers Résolu à Alma, Kénogami, Dolbeau-Mistassini, Saint-Félicien, Girardville, St-Thomas, Normandin, La Doré ainsi que la centrale hydroélectrique Murdock-Wilson. L’activité était une première pour l’entreprise dans la région.

«Nous voulons être proche de nos communautés. Les travailleurs de Résolu sont très enthousiastes à l’idée de montrer le fonctionnement des installations au public», a affirmé le porte-parole de l’entreprise, Karl Blackburn.

L’évènement voulait aussi faciliter le recrutement de la main-d’œuvre. «Parmi les visiteurs, s’il y en a qui désirent se joindre à notre équipe, nous allons les accueillir à bras ouverts», a mentionné Karl Blackburn. D’ailleurs, les participants étaient invités à remettre leur curriculum vitae aux équipes des ressources humaines, qui se trouvaient dans les différentes installations.

Louis-Marie Tremblay et Jasmine Pelletier étaient ravis de pouvoir visiter l’usine de transformation de pâtes et papiers de Kénogami. Ici, ils posent devant un rouleau de papier de 34 tonnes.
Photo : Marc-William Gagné

Franc succès pour l’activité

 «Avant même d’ouvrir les portes à 10h, il y avait plus d’une centaine de personnes sur chacun des sites en opération», a souligné M. Blackburn.

Lors du passage de La Pige, vers midi, à l’usine de pâtes et papiers de Kénogami, plus d’une soixantaine de personnes faisaient la queue pour découvrir les installations.

 Les participants interrogés étaient curieux de participer à l’évènement. «J’ai travaillé en tant qu’électricien à l’usine de Kénogami pendant 23 ans. Je voulais voir les nouvelles installations qui sont plus technologiques qu’il y a dix ans», a affirmé Louis-Marie Tremblay. Sa conjointe, Jasmine Pelletier, a abondé en ce sens. «C’est une belle activité, car c’est régional. Je pense que c’est surtout pour la relève, car il y a de beaux postes à combler», a-t-elle souligné. Pour sa part, un stagiaire de PFR à l’usine de pâtes et papiers d’Alma, Raphaël Blackburn-Ouellet, espère travailler un jour pour l’usine de Kénogami. «Je voulais me familiariser avec les installations et l’ambiance de travail de l’usine», a-t-il spécifié.

Les participants pouvaient, entre autres, découvrir les matières premières qui composent le papier. Photo: Marc-William Gagné

Karl Blackburn n’a pas voulu confirmé la tenue d’une deuxième édition de l’activité, en faisant savoir ce genre d’évènement nécessite beaucoup de préparation.

 

 

Partagez :