Formation professionnelle | La coiffure en baisse de popularité

247
0
Partagez :

En plus de devoir composer avec un nombre d’inscriptions à la baisse, le programme d’études en coiffure du Centre de formation professionnelle l’Oasis, à Chicoutimi, fait face à un taux d’abandon élevé.

Selon la conseillère en communication de la Commission scolaire des Rives-du- Saguenay, Claudie Fortin, la capacité d’accueil du programme est de 20 nouveaux étudiants pour la session d’automne et autant pour celle d’hiver. Entre 2016 et 2018, seulement 75 personnes se sont inscrites au programme en coiffure, sur une capacité totale de 120 places, ce qui correspond à un taux d’inscription de 62,5 %. Parmi ce nombre d’inscriptions, environ 35 personnes ont abandonné le programme. Le taux de diplomation s’établit donc à 53 %.

«Le secteur de la formation professionnelle vit une difficulté de recrutement de nouveaux étudiants depuis quelques années, causée principalement par la baisse démographique», a souligné Claudie Fortin.

À la suite d’une demande d’accès à l’information logée par La Pige, la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay a révélé que les élèves abandonnaient principalement le programme en raison de la réalité du marché du travail. Si on prend l’exemple du salaire, le revenu moyen d’un coiffeur atteint 18 000 $ par année, selon Emploi Québec.

Afin de contrer ce manque de relève, Mme Fortin a mentionné que le programme de coiffure a bonifié son offre de services. Pour ce faire, le programme a ajouté, cette année, quatre nouveaux cours, soit trichologie (étude des cheveux), rasage de barbe, extension capillaire et prothèse capillaire. Un stage d’une semaine en Europe sera également offert aux élèves.

«Un maximum de 12 élèves participeront à ce stage. Le stage est composé de journées de formation et de visites dans différents lycées et salons de coiffure de renommée internationale», a expliqué Claudie Fortin.

Cette dernière a toutefois spécifié que le Centre de formation professionnelle l’Oasis n’a pas l’intention d’abolir le programme en coiffure.

Le Centre de formation professionnelle l’Oasis, à Chicoutimi, a de la difficulté à recruter de nouveaux étudiants pour son programme de coiffure.
Crédit : Marc-William Gagné

Partagez :