Médecin des Saguenéens | Danny Maltais revient à ses premières amours

307
0
Partagez :

Danny Maltais avait joué deux matchs avec les Saguenéens lors de la saison 2004-2005 à titre de gardien substitut.

Si on avait dit à Danny Maltais, lorsqu’il a pris sa retraite du hockey en 2005, qu’il serait un jour un membre des Saguenéens à part entière, il ne l’aurait sûrement pas cru. Aujourd’hui, cependant, il réalise son rêve, tout en mélangeant sa profession de médecin et sa passion pour le hockey. 

Danny Maltais n’avait pas retouché au hockey depuis qu’il a pris sa retraite, à 20 ans, après avoir joué deux parties avec les Sags. À l’époque, l’étudiant en médecine avait pris cette décision puisqu’il n’avait plus le temps de conjuguer hockey et études, lui qui étudiait au campus de l’Université de Sherbrooke à Chicoutimi.

Anciennement médecin à Dolbeau-Mistassini, et maintenant à Chicoutimi, le Dr Maltais a accepté l’offre qui s’est présentée à lui lorsque l’ancien médecin de l’équipe, Dr François Savard, a pris sa retraite en 2016. «Lorsque l’organisation des Sags a eu besoin d’un nouveau médecin, ils ont contacté un de mes collègues médecins de l’urgence, pour savoir si quelqu’un était intéressé. Et c’est là qu’un collègue, qui connaissait mon intérêt pour la médecine sportive, m’en a parlé.»

Danny Maltais n’a pas longtemps hésité avant d’accepter ce poste chez son équipe de jeunesse. Pour lui, c’est une façon de réaliser un rêve d’enfance en combinant métier et loisir. «C’est une autre façon de faire partie de l’équipe. Être de l’organisation comme je n’ai pas eu l’occasion de le faire à l’époque, alors que je n’avais joué que deux matchs. Ça me permet de renouer avec le hockey que j’aimais tant dans le temps.»

Une chose est sûre, le médecin de Chicoutimi ne regrette aucunement d’avoir accepté l’offre de l’organisation. Sa tâche de s’occuper des joueurs blessés lors des matchs à domicile lui correspond parfaitement. «Je m’y plais énormément. C’est le fun d’être aussi proche de jeunes qui s’impliquent autant dans le hockey, et de les connaitre personnellement. Je suis un gars d’Alma; j’ai grandi avec les Sags dans ma cour, et de m’impliquer dans l’organisation de mon équipe d’enfance, c’est quelque chose de spécial.»

Partagez :