Récif 02 : un rendez-vous 100 % féminin sur la politique municipale

200
0
Partagez :

Récif 02 a tenu jeudi l’atelier J’explore la politique municipale. Un rendez-vous 100 % féminin pour sensibiliser les jeunes femmes de 18 à 35 ans (non-mixte et transgenre inclus) à la politique municipale. Le but était de partager et d’apprendre de façon ludique, afin d’inciter ces femmes à sauter le pas, à se lancer en politique municipale.

L’atelier interactif a accueilli une quinzaine de jeunes femmes, toutes curieuses de connaître les rouages d’un système politique municipal. Deux invitées spéciales ont participé à l’événement virtuel, soit la conseillère d’Albanel Isabelle Thibeault et l’ancienne conseillère de la Ville de Saguenay Joan Simard. Elles ont partagé leur expérience, donné des conseils et répondu aux questions que les femmes se posent sur la politique municipale. Par le biais de charades, de devinettes et de rébus, Récif 02 a réussi à amener, de façon ludique, des sujets de conversation afin de mieux découvrir les élues.

Les deux invitées ont recommandé le soutien d’un mentor si jamais de jeunes femmes voulaient se lancer en politique municipale.

 

Être déterminée

L’une des caractéristiques qu’il faut avoir pour se lancer en politique municipale selon les invitées, c’est la détermination. « Moi, je n’allais pas en politique pour faire la plante verte », a affirmé Isabelle Thibeault. La maman quadragénaire de trois enfants a sauté le pas en 2013, alors qu’elle était co-propriétaire d’une entreprise avec son mari, et qu’elle travaillait au CIUSS en tant que déléguée syndicale. Cet emploi du temps chargé ne lui faisait pas peur.

« Le côté politique m’a toujours intéressée. Il ne faut pas hésiter à s’affirmer », a-t-elle continué. Elle a très vite été rejointe par sa comparse, Joan Simard, maman également de trois enfants. « Je me suis demandé avant de me lancer : est-ce que je peux faire bouger les choses ? », a-t-elle confié.

Leurs conseils pour réussir et être à l’aise en politique municipale ? Ne pas hésiter à s’affirmer justement. « Il ne faut pas hésiter à dire si l’on est d’accord ou non, et surtout pourquoi », a souligné Joan Simard. Elle suggère de bien déterminer pourquoi on veut se lancer en politique municipale. « Il faut voir la question de l’intérêt, de la disponibilité et avoir envie de faire quelque chose pour la ville », a-t-elle conseillé.

Le jugement est aussi une qualité qu’il faut avoir, étant donné qu’il n’y a pas de cours à proprement parler pour devenir conseillère municipale. « Il faut avoir du gros bon sens », a ajouté l’ancienne conseillère de Saguenay.

La solidarité

La solidarité est un sujet qui est souvent revenu. Être une femme dans une structure faite par les hommes et pour les hommes demande du soutien. Soutien de la part des autres conseillères et conseillers, de la part du maire, etc. « Oui, il faut être solidaire, mais il ne faut pas que ça empêche le débat », a mis en garde Isabelle Thibeault. La solidarité dans le conseil municipal va dépendre de beaucoup de choses : de la taille de la ville, du comportement des élus, et de la façon de fonctionner.

Si pour Isabelle Thibeault, le respect est total à Albanel et qu’elle n’a jamais ressenti un commentaire comme étant déplacé, ce n’est pas le cas de sa comparse. « La solidarité est plus basse dans les grandes villes, s’est désolée Joan Simard, Les femmes semblent beaucoup plus seules à Saguenay que dans les plus petites villes. »

Pour apporter cette solidarité, pour guider et conseiller les jeunes femmes qui voudraient se lancer en politique municipale, Récif 02 a mis en place un programme de mentorat en politique municipale qui consiste à jumeler une novice avec une élue ou une ancienne élue.

Le Saguenay–Lac-Saint-Jean est le mauvais élève du Québec en termes de parité homme/femme. Il y a 32 % de conseillères et 13 % de mairesses, alors que la parité visée est de 40 % partout.

 

L’atelier J’explore la politique municipale reviendra plusieurs fois jusqu’au temps des fêtes. Après décembre, Récif 02 a dans l’idée de faire une tournée virtuelle pour promouvoir son programme de mentorat en politique municipale. « On veut favoriser l’inclusion et la participation de la diversité dans son sens large », a terminé Martine Bourgeois, de Récif 02.

Partagez :