La passion du théâtre, façon clownesque

250
0
Partagez :

Depuis près de 15 ans, les Clowns noirs se donnent comme mission de présenter du théâtre abordable, de faire rire le public et de sortir des sentiers battus. Et les cinq comédiens à la tête de la troupe comptent poursuivre sur cette lancée.

La troupe est composée de Patrice Leblanc (Trac), Martin Giguère (Diogène), Pierre Tremblay (Grossomodo), Éric Laprise (Contrecoeur) et Pascal Rioux (Piédestal). À eux cinq, ils forment les Clowns noirs et dirigent la compagnie du Théâtre du Faux Coffre.

Leurs pièces de théâtre touchent plusieurs sujets et causes. Par exemple, Le clown noir au masque de fer traite de la quête de la célébrité, par tous les moyens. Ou encore, En attendant l’dégât d’eau parlait de l’itinérance. Pour sortir de l’ordinaire, le prix d’entrée de cette pièce était de plus de 110 $ ou sinon 20 $ et une boîte de conserve. «C’était un prétexte pour faire d’une pierre deux coups pour aider les banques alimentaires», raconte l’un des fondateurs du théâtre Martin Giguère. Leur action a permis de donner généreusement aux organismes de la région. Sinon, les Clowns noirs tentent de démocratiser le théâtre avec des prix d’entrée abordables. «On suit le marché, mais les prix sont les plus bas», déclare le comédien et ami des clowns noirs Christian Ouellet.

 

Un cycle éternel

Les Clowns noirs ont créé plusieurs pièces. Chacun a son propre spectacle, comme Les lectures de Diogène ou Le contre cabaret. Mais ils rejouent aussi les toutes premières créations pour permettre de faire connaître les clowns à de nouvelles personnes. «Le cycle continue. C’est grâce au public qu’il se renouvelle et que l’on continue de produire et de reproduire nos pièces», confie M. Giguère.

Projets

Prochainement, les cinq clowns veulent se produire hors de la région pour se faire davantage connaitre. Ils feront aussi des représentations dans les écoles primaires pour parler sur le thème du décrochage scolaire «Nous allons jouer prochainement Jean Vaillant dans les écoles primaires», confirme M. Giguère.

Également, le comédien Éric Laprise a cédé sa place, par manque de temps, à Éric Chalifour pour que le personnage de Contrecoeur joue encore sur scène. Ce nouveau comédien remplit parfaitement le rôle du clown pour faire rire le public.

Le comédien Pierre Tremblay (Grossomodo) salue son public pour marquer la fin de la pièce. Photo: Edward Sanger.

 

Partagez :