Un septième livre pour Charles Sagalane

L’auteur Charles Sagalane lançait jeudi soir son livre Journal d’un bibliothécaire de survie à la librairie Point de suspension de Chicoutimi. Photo : Gabrielle Simard

L’auteur de la région Charles Sagalane a lancé son septième livre, jeudi soir à la librairie Point de suspension de Chicoutimi. Le récit autobiographique nommé Journal d’un bibliothécaire de survie a permis à l’écrivain de présenter son travail amorcé il y a huit ans. Le livre aborde le projet de l’auteur visant à fabriquer des bibliothèques en pleine nature. 

 Une trentaine de personnes étaient rassemblées pour le lancement, l’un des premiers en région depuis le début de la pandémie. L’activité a débuté avec une séance de dédicaces qui a permis à plusieurs lecteurs de discuter avec l’auteur.  

L’auteur a dédié le début de son lancement à une séance de dédicaces. Photo :Gabrielle Simard

Paru aux éditions La Peuplade, le livre raconte la mission qu’a commencée Charles Sagalane en 2013 en créant des bibliothèques en pleine nature. « Mon livre est un journal de voyage. J’y raconte les aventures que j’ai vécues pour déposer des livres un peu partout au Québec, au Canada et dans le monde entier. À ce jour, j’ai créé une trentaine de bibliothèques de survie en pleine nature où des livres ont été déposés. Je souhaite que les gens entretiennent une relation avec l’écriture, et ce, même en se trouvant en forêt », révèle l’auteur Charles Sagalane. 

 Pour l’occasion, le créateur a fait la lecture d’un extrait de son récit. La directrice littéraire de la maison d’édition La Peuplade, Mylène Bouchard, a aussi fait découvrir aux gens présents un passage du Journal d’un bibliothécaire de survie. 

L’auteur Charles Sagalane. Photo : Gabrielle Simard

« C’est le plus gros projet de Charles à ce jour. C’est un honneur pour La Peuplade de publier une œuvre de cet artiste pour une septième fois. C’est une aventure d’une telle ampleur qu’on ne peut pas en mesurer les effets. Heureusement, en lançant le livre, on amène l’idée de départ encore plus loin », confie Mylène Bouchard.  

La directrice littéraire de la maison d’édition La Peuplade Mylène Bouchard. Photo : Gabrielle Simard

Celui qui s’intéresse également au monde muséal explique que le titre du livre résume l’ensemble de son aventure. « Pour moi, un bibliothécaire de survie, c’est quelqu’un qui fait vivre aux livres des aventures sauvages. Les livres doivent survivre aux intempéries et enrichir l’expérience de quelqu’un qui arrive sur une île par exemple. En plus, le titre englobe la vision de mes voyages et les moments passés sur les îles à rédiger le récit », commente Charles Sagalane. 

Inspiré par ses aventures, l’écrivain réfléchit à l’écriture d’un deuxième volet pour le journal. La deuxième partie pourrait paraître d’ici deux à quatre ans.  

Charles Sagalane réfléchit à l’écriture d’un deuxième volet pour le journal.Photo :Gabrielle Simard

À propos de Gabrielle Simard

Pour Gabrielle, les mots sont comparables aux crayons de cire ; ils sont offerts en plusieurs teintes et permettent, lorsque bien utilisés, de colorier la plus complexe des jungles. Impliquée, imaginative et appliquée, elle a la justice et l’égalité tatouées sur le cœur. Son esprit fougueux stimulé par l’être humain, les arts, l’apprentissage, la discussion et la réflexion cherche toujours à en apprendre un peu plus sur tout. Étant originaire d’Arvida, la jeune allumée par l’écriture s’intéresse aux phénomènes sociaux et voit une richesse inépuisable dans chacun des humains qui comportent notre monde. Gabrielle évolue comme journaliste culturelle et généraliste au sein de la coopérative de l’information Le Quotidien depuis mai 2021. Comme elle juge primordial de s’investir dans son milieu, celle qui adore les découvertes œuvre également en tant que codirectrice et journaliste au magazine web La Cerise depuis trois ans. Pour occuper ses temps libres, Gabrielle s’investit dans Cégeps en spectacle, compose des mélodies, consomme sans modération des documentaires et se prête à des séances d’écriture une tisane à la main.

À voir aussi

Le bracelet antirapprochement attendu impatiemment

Alors que les 16 premiers bracelets antirapprochements seront utilisés à Québec dans les cas de …