Football collégial | L’avenir des Jeannois toujours incertain

195
0
Partagez :

Forcés de prendre une pause de leur programme de football à l’aube de la saison 2019, en raison d’un manque de joueurs, les Jeannois du Collège d’Alma espèrent toujours un retour sur le terrain dans un avenir rapproché.

Rejoint au téléphone, le conseiller à la vie étudiante du Collège d’Alma, Eric Benoît, affirme que le dossier du football est toujours sur la table à l’établissement jeannois. Cependant, puisque l’organisation a annulé sa saison trop tard en 2019, la formation a dû subir une suspension d’un an par le Réseau du sport étudiant du Québec.

«À cause de cela, on a décidé de mettre toute notre énergie sur nos autres programmes sportifs et de se pencher sur le football un peu plus tard», explique M. Benoît. Ce dernier affirme d’ailleurs que les intervenants touchés par le dossier se rencontreront bientôt afin de prendre une décision au cours des prochaines semaines. Il serait donc possible de revoir les uniformes bleus et argent des Jeannois sur les terrains de football québécois aussi tôt qu’en 2021.

«C’est certain que si on décide de ramener l’équipe de football, il faudra travailler très fort tout au long de la saison 2020 pour revenir avec un programme durable et en santé, affirme M. Benoît. Il faudra notamment réembaucher des entraîneurs et s’assurer que le football est en santé dans la région.»

Peu de changement

Du côté des Gaillards du Cégep de Jonquière et des Couguars du Cégep de Chicoutimi, les deux autres formations collégiales de la région, il n’y a pas eu de réels changements à leur structure depuis le départ des Jeannois.

«C’est très triste que les Jeannois aient quitté, mais la seule chose que ça a apportée, c’est que le recrutement est un peu moins dilué», explique l’entraîneur-chef des Couguars, Nicolas Menachi.

«La seule chose qu’on a remarquée, c’est que les joueurs du Pavillon Wilbrod-Dufour prennent leur décision plus vite lorsque vient le temps de s’engager avec une équipe. Avant, ils hésitaient souvent entre les Jeannois et nous», mentionne quant à lui le pilote des Gaillards, François Laberge.

Partagez :