Des citoyens lancent un grand dialogue socio-économique

224
0
Partagez :

Une douzaine de citoyens ont dévoilé leur projet concernant un immense dialogue sur l’ensemble du territoire du Saguenaylac-Saint-Jean jeudi midiCe projet doit mener à la fabrication d’une feuille de route de transition sur les enjeux sociaux, écologiques et économiques du 21e siècle. 

Le dévoilement officiel du Grand dialogue régional pour la transition socio-écologique s’est déroulé par le biais d’un direct Facebook. Le comité derrière ce projet invite la population à discuter des enjeux, des aspirations et des forces de la région afin d’accélérer la transition sociale et écologique. Ces échanges vont se dérouler sur plusieurs années. Cependant, pour l’instant, les organisateurs concentrent leurs efforts en prévision des élections municipales du 7 novembre 2021. Leur mission est de pouvoir présenter aux personnes élues les constats de leur recherche et les inviter à la mise en œuvre de la feuille de route.  

Pour ce faire, ils mettront en place plusieurs actions en collaboration avec les citoyens. Par exemple, rassembler et rendre disponibles certains documents, animer diverses rencontres, et investir des lieux publicsLes citoyens souhaitant contribuer peuvent désormais démontrer leurs intérêts sur le tout nouveau site web du grand Dialogue Saguenay-Lac-Saint-Jean. 

« C’est une proposition audacieuse, innovante, risquée, mais nécessaire », a exprimé une des membres de l’organisation et conseillère municipale à Alma, Véronique Fortin. « On le sait, on a tout, on le fait! » est le slogan du groupe derrière le projet.  Les citoyens engagés considèrent que la société a pris des décisions dans le passé qui ont gravement perturbé l’environnement et la santé humaine. Ils jugent aussi que les ressources nécessaires afin de mettre en place une stratégie efficace sont à la portée de tous. Pour eux, il est temps d’agir maintenant de manière à pouvoir faire face aux nouveaux défis d’aujourd’hui. 

photo du comité de démarrage, appelé Germination.

 Les membres du comité de démarrage, appelé Germination.

« On le sait, les extrêmes climatiques augmentent, des espèces disparaissent, des ressources s’épuisent, les inégalités sociales se creusent. On sait que nos modes de développement sont la cause de ces problèmes. On sait qu’il y a urgence d’agir! », a ajouté le professeur en éco-conseil à l’UQAC et membre du grand dialogue, Olivier Riffon. 

Ce projet est le fruit d’un an de travail. En raison de la pandémie, il a dû être dévoilé sept mois après la date prévueLe lancement devait avoir lieu le 21 mars dernier lors d’un rassemblement de plus de 150 personnes. 

  

 

 

 

 

 

 

Partagez :