L’art à vos portes : un colis d’art conçu dans la région

L’artiste Mériol Lehmann montre une photo d’archive de la ferme de ses parents à la trentaine de personnes présentes au lancement du colis d’art.

L’organisme Musée ambulant a fait le lancement du premier colis d’art du Saguenay-Lac-Saint-Jean jeudi soir. Les artistes participant au projet, Mériol Lehmann et Mathieu Valade, ouvraient le produit final pour la première fois. 

Les colis d’art sont des paquets contenant deux œuvres et du matériel pour explorer une nouvelle technique artistique. Il y a aussi un code fourni pour accéder à une vidéo explicative aidant dans le processus de création.  

Dans le nouveau colis, on peut trouver 24 photos prises dans la ferme Lehmann à Hébertville par l’artiste Mériol Lehmann. Ces photos représentent la ruralité et le changement dans les fermes. Il y a aussi tout ce qu’il faut pour faire de la cyanographie, une ancienne technique de photographie qui ne nécessite pas d’appareil photo. Pour obtenir un résultat avec cette technique, il suffit d’avoir deux mixtures chimiques, de l’eau, du soleil et ce l’on veut « photocopier ».  

Le Jeannois a adoré faire ce projet.  « C’est le genre d’invitation qu’on ne peut pas refuser et qui arrive assez rarement dans une carrière artistique », affirme Mériol Lehmann. 

Avec son œuvre, il veut raconter son vécu en amenant les gens qui habitent en ville à se questionner sur ce qui se passe dans la ruralité. « Ça ne parle pas juste de mon histoire, ça parle aussi de l’histoire d’à peu près tous les enfants d’agriculteur de mon âge », soutient M. Lehmann. 

Quant à l’artiste en art visuel, Mathieu Valade, il a conçu la jaquette du colis. C’est la couverture du paquet qu’il a produite à l’aide d’un quadrillé et d’aquarelle. Il s’est inspiré d’une photo qu’il a prise du ciel de Saguenay. C’est une création qui s’inscrit dans une suite d’œuvres similaires sur la déconstruction des nuages avec des pixels. 

L’organisme à but non lucratif a produit 1000 colis pour ce projet. Certaines villes en ont déjà commandé 200 pour les distribuer dans les bibliothèques aux familles plus défavorisées. Il est possible d’acheter un colis d’art en visitant le site museeambulant.com. 

L’OBNL en est à son cinquième colis d’art. Cette démarche a commencé avec la pandémie. « C’est né d’un désir de rendre accessibles les œuvres d’art malgré la situation », explique la directrice artistique du Musée ambulant, Jeanne Couture.  

À propos de Léa Gendron

Venant de Lanaudière et ayant des souches abitibiennes, Léa Gendron est très accueillante envers les gens qu’elle rencontre. Elle est très joviale et sait tirer le positif de chaque situation. Cette journaliste en devenir croit dur comme fer qu’il y a une solution à tout problème. De ce fait, elle est douée pour remonter le moral des troupes lors des travaux d’équipe. La Rawdonnoise fait preuve de persévérance et de rigueur. Elle est débrouillarde et tente toujours de trouver la meilleure option possible. Elle a fait de l’improvisation au secondaire, ce qui lui a permis d’améliorer sa communication et sa créativité. L’étudiante en journalisme adore discuter avec différentes personnes qui lui en apprennent un peu plus chaque jour sur tous les sujets. Léa souhaite poursuivre ses études en communication dans une université et son plus grand rêve est de travailler auprès des gens.

À voir aussi

District 31 : savoir tourner la page

C’est avec nostalgie et fierté que Jeff Boudreault et Maxime Villeneuve, deux Jeannois, ont fermé …