Débat au Cercle de presse: le ton monte entre Julie Dujour et Josée Néron

217
0
Partagez :

Les deux candidates à la mairie de Saguenay en avance selon les plus récents sondages de CKAJ et KYK radio X, Josée Néron et Julie Dufour, ont eu des échanges musclés lors du débat organisé par le Cercle de presse de Saguenay, mardi à l’UQAC. 

Tout au long du débat, la candidate indépendante Julie Dufour a douté ouvertement de la diversification économique et de la direction proposées par la mairesse sortante, Josée Néron. « Un leadership c’est d’être capable de rassembler, ce n’est pas de consulter pour imposer. » 

 Les six candidats à la mairie ont survolé plusieurs points chauds de la politique municipale. L’ancien député libéral, Serge Simard, a défendu à maintes reprises l’idée d’une nouvelle aluminerie dans la région alors que ses adversaires ont refusé d’appuyer cet engagement.  

 « Maintenant c’est à la région de se prendre en main parce qu’on a tous les atouts pour développer une aluminerie à Grande-Anse », a-t-il déclaré lors de la période de questions. Josée Néron a rapidement contesté ce point de vue puisque selon elle, le projet est inefficace. « Pour moi ce n’est pas optimiser le terrain, on a déjà des endroits et des droits acquis dans ce domaine. » 

 Un transport en commun coûteux 

 Selon la candidate indépendante Julie Dufour, il faut absolument couper dans le budget fourni par la Ville afin de réduire les dépenses liées au transport en commun. À l’inverse, le chef d’Unissons Saguenay, Claude Côté, souhaite augmenter le taux de fréquentation dans les transports. « Si on coupe dans la STS (Société de transport du Saguenay), on vient de sonner l’arrêt de mort des services publics. »  

Jacinthe Vaillancourt, tout comme Claude Côté, est d’avis qu’il faut augmenter l’utilisation de la Société des transports du Saguenay.

Au moment où le sujet a été abordé, la dernière candidate à entrer dans la course, Jacinthe Vaillancourt, a secondé la proposition de Claude Côté. « On doit faire comprendre aux jeunes que c’est une très bonne façon de se déplacer. » 

Des compétences mises en doute 

 De son côté, la politicienne et coiffeuse Catherine Morissette s’est montrée exaspérée lorsqu’un journaliste lui a demandé en quoi son poste de mairesse à Saint-David-de-Falardeau la qualifiait pour bien représenter Saguenay, une question redondante et insensée selon elle. « J’ai les qualités essentielles que ce soit dans une petite municipalité ou dans une grande, le leadership et le gros bon sens ne s’achètent pas. » 

 Finalement, les six candidats ont partagé une vision semblable de l’intimidation sur les réseaux sociaux. Ils pensent tous que la population mérite d’être sensibilisée davantage face à ce fléau. Selon Jacinthe Vaillancourt, les parents se doivent d’être vigilants auprès de leurs enfants, autant pour démasquer les intimidateurs que pour supporter les victimes.  

 

Partagez :