Une garderie mise sur l’éveil artistique des enfants

119
0
Partagez :

Les éducatrices du Petit monde des arts et des sports emmènent souvent les enfants voir des spectacles ou des expositions. (Photo : Courtoisie) 

 Une garderie de Jonquière innove en proposant aux enfants de 0 à 5 ans un accompagnement de pointe dans la découverte de l’univers artistique. Au Petit monde des arts et des sports, les éducatrices n’hésitent pas à présenter chaque semaine des artistes aux enfants, à les pousser à la création ou même à les emmener au musée. De quoi assurer un éveil artistique des plus précoces. 

 « En ce moment on présente les œuvres du peintre Henri Matisse. On les montre aux enfants, ils explorent son univers et ils essayent de reproduire ce qu’ils voient. » Entre la peinture, le bricolage, la musique ou encore la danse, l’éducatrice de la garderie Le petit monde des arts et des sports de Jonquière, Brigitte Abdelmoumen, s’efforce de présenter aux enfants dont elle s’occupe une large palette de pratiques artistiques afin de favoriser leur éveil au monde de l’art. « C’est de l’exploration. L’objectif n’est pas de copier mais de découvrir », précise-t-elle. Afin d’allier la pratique à la théorie, les éducatrices déterminent des thèmes à approfondir pour éduquer les enfants de manière ludique. « Par exemple aujourd’hui on est sur le corps et la médecine donc on a choisi un artiste spécialisé dans la représentation de silhouettes », rapporte l’éducatrice.


Les enfants s’inspirent des œuvres des artistes qui leur sont présentées. (Photo : Courtoisie)

 Un développement global 

Selon la codirectrice, Mélissa Valiquette, la curiosité est l’une des principales facultés favorisées par cette initiation à l’art.  « Ils vont beaucoup plus demander. Ils vont s’arrêter devant les affiches et ils vont poser des questions. » En découvrant artistes et techniques, c’est également la culture générale des enfants qui s’améliore. « Quand on les emmène au musée, ils apprennent aussi à se tenir et à écouter une autre personne que leur animatrice », ajoute-t-elle. Selon Brigitte Abdelmoumen, les enfants sont aussi très sensibles à l’effet de groupe. « On ne les force pas mais l’effet de groupe va les pousser à essayer. » Un point sur lequel la codirectrice la rejoint. « En plus il y a de la fierté dans la réalisation ! » 

 Respecter leur rythme 

Mais qui dit enfants en bas âge dit aussi perte d’attention régulière. Mélissa Valiquette met donc un point d’honneur à ce que le rythme de ses protégés soit respecté. « De 0 à 5 ans nos activités sont toujours libres. C’est selon l’intérêt de l’enfant, on ne peut pas les forcer. » Cette attention volage, Brigitte Abdelmoumen l’a bien intégrée dans ses méthodes de travail. « Quand on leur présente quelque chose ce n’est pas plus de dix minutes donc nos projets s’étendent en général sur une semaine », témoigne-t-elle. Et pour regagner l’attention, rien de mieux que de passer de l’art…au sport ! « Notre travail passe aussi beaucoup par la motricité. C’est important de s’aérer, de se dégourdir les jambes avant de mettre une aiguille dans une bobine », conclut la codirectrice. 

Partagez :
Avatar photo