Une Tunisienne dénonce l’absence de produits halal en région

221
0
Partagez :

« Je ne mange pas bien ici. »  Pour la Tunisienne Amina Ben Khalifa, respecter sa culture et ses valeurs musulmanes est un défi. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, la nourriture halal est une denrée rare.  

Amina Ben Khalifa envisage de rester au Québec après ses études.

Ayant l’objectif d’obtenir un diplôme d’études supérieures spécialisées en éco-conseil, cette dernière a parcouru des milliers de kilomètres pour venir étudier à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Elle est arrivée dans la région depuis seulement deux mois. Les différences entre la Tunisie et le Québec ont été un véritable choc. « Ce fut un changement radical, la culture, l’absence d’appel à la prière, la bouffe. Tout a vraiment été déconcertant. » 

Dans l’Islam, le mot halal désigne ce qui est permis, donc la nourriture halal, selon le dictionnaire Larousse, est la viande d’un animal tué selon les rites et qui est consommée par les musulmans. 

À son arrivée, Amina Ben Khalifa mangeait uniquement du fromage et du chocolat. Elle dénonce l’absence de section halal dans les grandes chaines d’épicerie de la région.  

Faire l’épicerie à Québec 

Pour l’auteur du livre « Le halal dans tous ses états », Khadiyatoulah Fall,  il y a de l’amélioration concernant la disponibilité des produits halal dans la région, mais l’offre ne répond pas encore à la demande. « Il y a de plus en plus de musulmans, qui consomment de la nourriture halal dans la région, et certains vont encore à Québec pour s’approvisionner », a-t-il déclaré 

Les seuls marchés alimentaires qui fournissent une section halal dans la région sont les deux Maxi situés à Jonquière et Chicoutimi. « Je n’ai pas de voiture, donc je me déplace à pied et en bus quand c’est possible », a-t-elle expliqué. À la marche, se rendre au Maxi le plus proche de chez elle prend approximativement deux heures aller-retour. 

Le journal La Pige a fait la tournée de plusieurs épiceries de la région et certaines ignoraient qu’il y avait une demande pour les produits halal. Ailleurs, d’autres nous ont répondu que dans les petites régions, ça ne vaut pas la peine et que des sections particulières comme celle-ci se retrouvent seulement dans les grandes villes.  Pourtant, selon un employé de la section des viandes du Maxi, la demande est forte. « J’ai de la viande hachée, j’ai la plupart des coupes de poulet et de bœuf et même des viandes froides », a affirmé l’employé dans l’obligation de garder l’anonymat.  

En ce qui a trait au reste de l’intégration d’Amina Ben Khalifa, tout s’est bien déroulé. « Ici vous êtes accueillants, chaleureux et les gens sont courtois. On se sent très bien. » 

Partagez :