Violence sexuelle | Mireille Jean et Marie-Francine Bienvenue se prononcent

191
0
Partagez :

Les questions sur la violence sexuelle faite aux femmes dans le cadre de la campagne « Ça me regarde » ont été au cœur de la rencontre avec la candidate du Parti québécois dans Chicoutimi et celle de Québec solidaire dans Dubuc, Mireille Jean et Marie-Francine Bienvenue, à la Place du Citoyen, jeudi soir.  

Cette activité avait été organisée par la Maison ISA, Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS), pour souligner la 37e édition de la Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes, la rencontre se divisait en deux volets : la présentation des candidates et les questions posées. Une marche dans les rues du centre-ville précédait cet événement.

Les solutions mises en avant pour cette problématique par les deux candidates, que ce soit au niveau de la sensibilisation, du système judiciaire ou policier, se sont rejointes. Leurs buts sont avant tout d’améliorer les conditions des femmes qui souffrent de ce type de violence, de les aider à se reconstruire et de faciliter leur parcours lorsqu’elles décident de dénoncer.

Mireille Jean a proposé la création d’un nouveau tribunal entièrement réservé aux victimes de violence sexuelle. « Il y aura des gens compétents dans ce domaine-là qui pourront aborder le sujet avec humanité et avec respect de la victime et de sa réalité », a-t-elle expliqué au public en précisant qu’il [le tribunal] se concentrerait sur le respect des personnes qui ont subi ses injustices.

De son côté, Marie-Francine Bienvenue a expliqué les cinq méthodes, présentées par leur porte-parole Manon Massé, qui ont été acceptées à l’Assemblée nationale le 14 novembre dernier pour lutter contre ce type de violence. L’une d’entre elles comprend d’ailleurs « l’embauche dans tous les postes de police d’intervenants spécialisés en rapport de pouvoir qui puissent accompagner la victime dans la déposition de sa plainte ».

L’accessibilité des services donnés pour les personnes victimes de violence conjugale par des groupes tels que Le Rivage de La Baie ou la Chambrée de Jonquière a aussi été abordée. « Nous sommes en perpétuel débordement », a précisé Carole Tremblay, dirigeante de la Maison d’hébergement Le Rivage de La Baie.

Une question à laquelle Mme Jean et Mme Bienvenue ont répondu par une augmentation du financement, si leur parti était élu.

La candidate dans la circonscription de Dubuc en a même profité pour critiquer l’absence du Parti libéral du Québec et de la Coalition avenir Québec à l’événement. « Je trouve que tous les partis devraient s’engager à donner un financement adéquat pour ses besoins prioritaires. »

Partagez :