Paul St-Pierre Plamondon ne sera pas candidat à l’élection partielle

376
0
Partagez :

Les élèves du Cégep de Chicoutimi présents dans la salle ont apprécié la conférence du chef du Parti Québécois. Crédit photo : Élodie Drolet

 

Le chef du Parti Québécois (PQ), Paul St-Pierre Plamondon, a annoncé qu’il ne se présentera pas aux élections partielles de la circonscription de Marie-Victorin. Celle-ci est inoccupée comme son ancienne élue, Catherine Fournier, a quitté ses fonctions pour occuper le rôle de mairesse de Longueuil. 

Pour M. St-Pierre Plamondon, il est important que la circonscription soit représentée par quelqu’un qui y est rattaché. « Je n’ai jamais habité Longueuil et présentement, on a une candidature très intéressante qui a un ancrage réel dans la circonscription. On est très content de pouvoir mettre de l’avant cette candidature. […] Tous ces facteurs-là font que la décision a été prise pour les meilleurs intérêts du Parti Québécois et du mouvement indépendantiste », mentionne-t-il. 

Celui qui est à la tête du PQ ne veut pas dévoiler l’identité de la personne qui se présentera pour le moment. Il demeure en revanche très confiant : « Il y a des risques de défaite, mais il y a des très bonnes chances de victoire. Gardons également en tête que cette partielle ne va avoir lieu que quelques mois avant les vraies élections. […] Le résultat qui va vraiment compter, c’est celui des  élections générales. »  

Le politicien, au lieu de miser sur la partielle, tentera de tout donner pour les élections provinciales en octobre 2022. « Notre véritable focus, c’est de gagner Marie-Victorin pour quatre ans et d’avoir une représentation indépendantiste pour des gens indépendantistes. On va travailler là-dessus de manière acharnée pour les prochaines années. »   

Plus tôt dans la journée, Paul St-Pierre Plamondon était au Cégep de Chicoutimi afin de discuter avec les étudiants d’enjeux comme l’environnement, l’identité culturelle et l’indépendantisme. Celui-ci trouve primordial de prendre le temps de parler aux étudiants : « Je souhaite suivre l’exemple de mes prédécesseurs, notamment René Levesque et Jacques Parizeau, qui ont toujours investi énormément de temps à discuter avec la jeunesse des mérites de décider pour soi-même dans son propre pays. » 

L’évènement a été organisé par l’Association générale des étudiantes et étudiants du Collège de Chicoutimi (AGEECC). « Pour nous, il est important de promouvoir les idées des partis pour que les jeunes s’intéressent à la politique. Un jour ou l’autre, ils devront aller voter », mentionne le vice-président l’AGEEC, Clovis Valade. Au total, une dizaine d’étudiants étaient présents dans la salle. 

Partagez :