Partie remise pour Karla Cynthia Garcia Martinez

 

L’ambiance était à la fête au rassemblement de Québec solidaire, où une soixantaine de partisans étaient en attente des résultats de votes. (Photo : Sara-Léa Bouchard)

La candidate de Québec solidaire dans Jonquière Karla Cynthia Garcia Martinez repart fière d’avoir pu voter pour une toute première fois, même si elle n’a pas été élue dans sa circonscription avec 8,53% de votes obtenus.

L’ambiance était festive au Bar à Pitons de Chicoutimi, lundi soir. C’est dans un climat de fébrilité que se sont réunis les trois autres candidats du parti et leurs partisans.

Beaucoup d’encouragements et d’applaudissements ont retenti dans le lieu du rassemblement, lorsque les votes ont monté en faveur de Mme Martinez.

La conseillère pédagogique au Cégep de Jonquière s’est classée quatrième derrière la candidate conservatrice Isabelle Champagne.

Malgré sa défaite, celle-ci s’est exprimée sur son parcours, dont elle ne retient que de bonnes choses.

« Ce n’est que le début pour moi. Je suis d’ailleurs très émue, puisque c’est une première fois pour moi, le vote au Québec. C’est la toute première fois que je vote pour les élections provinciales. Je suis très fière de représenter un parti comme celui de Québec solidaire dans la région, autant sur le plan environnemental que sur le plan social. »

 

Les quatre candidats de Québec solidaire, Karla Cynthia Garcia Martinez (Jonquière), Elsa Moulin (Lac-Saint-Jean), Andrée-Anne Brillant (Dubuc) et Adrien Guibert-Barthez (Chicoutimi), tous présents au Bar à Pitons pour la soirée électorale. (Photo : Sara-Léa Bouchard)

 

Par ailleurs, Mme Martinez considère que sa venue dans le monde politique aurait eu un impact sur les décisions prises par le chef caquiste.

« La région sera représentée que par une seule voix, ce qui est décevant pour la population. Ça aurait été intéressant d’avoir quelqu’un qui va pouvoir confronter le gouvernement Legault, amener des idées, revendiquer d’autres valeurs et les amener un peu plus de l’avant. L’équité, l’inclusion, l’environnement, ça aurait été pertinent de talonner le gouvernement Legault dans ce sens-là, mais ce n’est que partie remise. »

 

 

À propos de Sara-Léa Bouchard

Originaire du Lac St-Jean, Sara-Léa Bouchard a trouvé sa place en Art et technologie des médias. L’écriture a toujours été omniprésente dans sa vie. En 2016, elle publiait son premier livre Le mystérieux bracelet, suivi du tome 2 en 2018, Dans l’ombre de la faille avec les Éditions Première Chance. L’an dernier, elle était co-directrice du Webmagazine La Cerise, un journal pour les étudiants du Cégep de Jonquière. Elle a légué son expérience à la relève. Elle souhaite tailler sa place dans le journalisme en y ajoutant sa plume et sa couleur. « Le journalisme est parfois gris et fade », pense-t-elle. Son objectif est donc de le faire rayonner davantage. Ambitieuse et talentueuse, Sara a un penchant pour la nouveauté et l’innovation.

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …