mercredi , 17 août 2022

Twitch, nouveau terrain de jeu pour les artistes

Lors de la Saggeek 2021, Gabrielle dessinait des portraits sur les lieux-même de la convention

En direct sur Twitch depuis son atelier, Porcelaine, de son vrai nom Gabrielle Gobeil, se filme en train de dessiner devant quelques dizaines de spectateurs. Ces sessions, qui durent entre 4h et 6h, se répètent tout au long de la semaine et sont une occasion en or de faire découvrir ses œuvres.

L’artiste a débuté son aventure sur Twitch il y a un an, après avoir perdu son emploi à cause de la pandémie de Covid-19. « Quand je me suis lancée comme illustratrice, j’ai pensé que je pourrais me filmer en train de dessiner en direct, et ça a tout de suite cliqué », se souvient-elle.

La plateforme américaine, propriété d’Amazon, est initialement dédiée à la diffusion de parties de jeux vidéo en direct, mais certains créateurs comme elle en ont détourné la vocation pour promouvoir leurs créations et essayer de gagner en visibilité.

La jeune Saguenéenne, qui a étudié en Arts visuels et numériques au Collège d’Alma, ne parvient pas à boucler ses fins de mois uniquement avec les revenus générés sur la plateforme. Il s’agit plus d’un complément à ses revenus d’artiste indépendante, qu’elle réinvestit le plus souvent en matériel de dessin ou pour améliorer la qualité de ses streams.

Gabrielle a également la chance d’être soutenue par sa famille et ses proches. Que ce soit sa sœur Dominique, qui garde un œil sur son travail dès qu’elle en a l’occasion, ses amis qui l’ont épaulée pour la technique ou ses parents particulièrement fiers de son évolution, tous la soutiennent dans ses projets. « Elle travaille beaucoup, et reste naturelle et authentique, elle ne peut que réussir », conclut Dominique.

Bien sûr, il y a eu des difficultés, comme le très fort investissement personnel et financier pour pouvoir se lancer et réussir dans ce milieu. Mais il y a aussi de très bons côtés, comme les rencontres avec certains spectateurs et d’autres artistes, qui peuvent se transformer en amitié. Sans oublier les surprises de taille, comme ce « raid » du streamer français Domingo, suivi par 1.3 million de personnes et qui a redirigé ses fans vers la jeune Saguenéenne il y a un an, la faisant passer de manière inattendue sous le feu des projecteurs.

Ce début de notoriété lui a également ouvert les portes de certaines conventions, comme la Saggeek, qui s’est tenue début septembre, et dans laquelle elle dessinait des portraits sur place. Une autre façon d’aller à la rencontre de sa communauté.

 

À propos de Justin Escalier

Fraichement débarqué depuis le Sud-Ouest de la France, Justin est venu satisfaire sa soif de nouvelles expériences en s’installant au Saguenay. Curieux et avide de découvertes, il cherche avant tout à faire de nouvelles rencontres et à apprivoiser une nouvelle culture. Il n'a donc pas hésité une seconde et a saisi l'opportunité de venir s'installer à 6000 km de chez lui. Si sa volonté de devenir journaliste est venue tardivement, Justin a toujours été fasciné par les métiers de l’écriture, au point de rêver de devenir écrivain depuis sa plus tendre enfance. Biberonné aux journaux satiriques, il s'est lancé dans le journalisme sur le tard en intégrant une formation universitaire technologique à Vichy, après un début de parcours universitaire cahoteux. Il avait alors un objectif en tête : publier ses articles dans l'un des hebdomadaires les plus connus de France, le Canard Enchainé. Ni le froid, ni la charge de travail, ni les difficultés ne font peur à ce passionné de politique et de littérature, qui a fourbi ses armes au sein de la radio Totem, une station diffusée dans la moitié sud de la France. Cette expérience lui a permis de découvrir les coulisses d'un média local. Ne sachant pas de quoi demain sera fait, il reste ouvert à toutes les opportunités qui se présenteront à lui.

À voir aussi

District 31 : savoir tourner la page

C’est avec nostalgie et fierté que Jeff Boudreault et Maxime Villeneuve, deux Jeannois, ont fermé …